Algérie : « Le temps de la repentance est fini » juge Brice Hortefeux

Algérie : « Le temps de la repentance est fini » juge Brice Hortefeux

Le président de la République se rendra en Algérie, ce mercredi. Invité de Territoires d’Infos, l’eurodéputé estime que la France n’a pas à se repentir vis-à-vis de son passé impérialiste. Brice Hortefeux considère par ailleurs que la colonisation « a aussi eu des aspects positifs pour les pays concernés. »
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos ce mardi, Brice Hortefeux (LR) s’est exprimé sur la visite d’Emmanuel Macron en Algérie, prévue demain. Il y a un an, le président de la République avait qualifié la colonisation de crime contre l’humanité. Une déclaration qui avait provoqué la colère de la droite et de l’extrême-droite. « Une formule malheureuse » pour Brice Hortefeux, qui estime par ailleurs que « le temps de la repentance est fini. »

Algérie : Brice Hortefeux espère « un renforcement des partenariats économiques et culturelles »
00:51

Brice Hortefeux juge qu’on « a dit ce qu’il y avait dire sur la colonisation. » Selon lui, la colonisation présente « des aspects, bien sûr, négatifs », mais il considère également qu’il « y a eu aussi des aspects positifs pour les pays concernés. » Un point de vue qui ne date pas d’hier, puisqu’en 2005 une loi portée par sa famille politique visait déjà à faire en sorte que « les programmes scolaires reconnaissent le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord. »

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Algérie : « Le temps de la repentance est fini » juge Brice Hortefeux
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le