Aliot (FN): les évèques coupables d’avoir “craché à la figure” du FN

Aliot (FN): les évèques coupables d’avoir “craché à la figure” du FN

Louis Aliot, vice-président du Front national, a critiqué lundi une "grande majorité" des évêques de France: coupables d'avoir ...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Louis Aliot, vice-président du Front national, a critiqué lundi une "grande majorité" des évêques de France: coupables d'avoir "craché à la figure" du FN, il les invite, au micro de franceinfo, à s'occuper de "remplir leurs églises".

"Depuis que je suis au Front national, c'est-à-dire depuis pratiquement 30 ans, je n'ai jamais vu une immense majorité de catholiques voter pour nous", a d'abord assuré le député européen.

"J'ai même vu une grande majorité d’évêques nous cracher à la figure, il faut quand même le dire, et systématiquement dénigrer le Front national, ses personnalités et sa politique", a ensuite fustigé M. Aliot, qui s'est par ailleurs dit lui-même "catholique".

"Les catholiques, qu'ils s'occupent de remplir leurs églises, ce qui n'est pas gagné, laissez-moi vous le dire, et qu'ils laissent après les partis politiques gérer les affaires publiques", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le