Paris: Eric Ciotti Les Republicains JT 13h TF1

Alliance avec le RN : Éric Ciotti conteste la légalité du bureau politique des Républicains visant à le destituer

Après l’annonce d’une alliance avec le RN en vue des législatives, Éric Ciotti s’est mis à dos la quasi-totalité du parti politique qui demande sa démission de la présidence du parti. La secrétaire générale des Républicains, Annie Genevard a convoqué un bureau politique avec au programme la présentation d’une motion de destitution du président. Dans un communiqué, Éric Ciotti indique que le bureau politique ne répond pas aux statuts LR.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Je le connais. Il va s’accrocher », avait prévenu mardi, le président du groupe LR, Bruno Retailleau à la fin de sa conférence de presse organisée dans l’urgence. Le sénateur de Vendée avait vu juste et Éric Ciotti ne semble pas prêt à quitter ses fonctions de président des Républicains.

Hier, la quasi-totalité des Républicains a été cueillie à froid par l’annonce d’Éric Ciotti dans le JT de 13h de TFI, d’une alliance entre les candidats LR et le RN aux prochaines législatives. Une décision prise sans concertation des cadres alors que le président du parti s’était entretenu longuement la veille avec Bruno Retailleau, son homologue à l’Assemblée, Olivier Marleix, Gérard Larcher le président du Sénat, la secrétaire générale des Républicains, Annie Genevard et l’eurodéputé réélu, François-Xavier Bellamy.

Toute la journée, Éric Ciotti est resté sourd aux appels à la démission de ses pairs, ce qui a conduit Annie Genevard à convoquer un bureau politique où doit être adoptée une présentation d’une motion de destitution du président. Dans un communiqué signé « Les Républicains », Éric Ciotti affirme que la convocation du bureau politique « ne répond pas aux exigences démocratiques » des statuts et du règlement intérieur du parti. Il affirme que selon l’article 24 des statuts, le bureau politique ne peut être convoqué que par le président du mouvement. Mais aussi que l’ordre du jour du bureau politique ne peut « être déterminé » que « sur demande écrite d’un quart des membres du Conseil National adressée au Président du mouvement ».

« On veut surtout faire une photo de famille pour montrer qu’Éric Ciotti est seul »

Son entourage précise qu’Éric Ciotti ne se rendra pas au bureau politique prévu à 15h cet après-midi. « Il a peut-être raison juridiquement et il a tort politique. Éric Ciotti peut toujours aller en justice mais il ne peut avoir raison contre plus de 90 % des cadres du parti. Il met une pression folle car il sait très bien que nous n’avons pas le temps d’organiser un conseil national pour changer les statuts du parti. Dans l’urgence, la clarification ne peut être que médiatique et pas politique », analyse Marc-Philippe Daubresse sénateur et conseiller du politique du parti. Un membre du conseil national d’investiture confirme. « Cet après-midi. On veut surtout faire une photo de famille pour montrer qu’Éric Ciotti est seul. On ne veut pas feuilletonner et montrer que le parti, c’est nous ».

 

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le