Alliance avec le RN : Éric Ciotti exclu des Républicains

A l’issue d’un bureau politique extraordinaire des Républicains, Éric Ciotti a été exclu à l'unanimité du parti qu’il préside. Il est remplacé par une direction intérimaire, composée d'Annie Genevard et François-Xavier Bellamy. Eric Ciotti conteste, lui, la légalité de cette décision.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Éric Ciotti vient d’être exclu à l’unanimité du bureau politique des Républicains en vertu de l’article 5 du règlement intérieur », écrit sur X la sénatrice LR, Agnès Evren depuis le bureau politique du parti. La décision était attendue, elle est confirmée et fait suite au psychodrame engendré par la volonté du président de sceller un accord avec le RN pour les législatives (lire notre article)

A la sortie du Bureau, la secrétaire générale Annie Genevard a lu une déclaration collective. « Refusant les combinaisons d’appareil et les alliances contre nature, Les Républicains présenteront des candidats aux Français dans la clarté et l’indépendance […] Menant des négociations secrètes, sans concertation avec notre famille politique et ses militants, Éric Ciotti est en rupture totale avec les statuts et la ligne portée par les Républicains. Il est exclu ce jour des Républicains », a-t-elle déclaré.

La campagne sera donc menée par une direction intérimaire composée d’Annie Genevard, du vice-président exécutif du parti François-Xavier Bellamy et du trésorier, Daniel Fasquelle.

La commission nationale d’investiture présidée par Michèle Tabarot reste composée dans sa forme actuelle. « Nous sommes tous convaincus que nous aurons besoin d’une droite républicaine et indépendante. Nous allons faire en sorte que les Français aient la possibilité d’avoir ce choix », a déclaré le président de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez.

Du côté d’Éric Ciotti, le député sortant maintient sa position et conteste la légalité du bureau politique. « Aucune des décisions prises par cette réunion n’emporte de conséquence légale », de même que « la commission nationale d’investiture prétendument convoquée à 17h », écrit-il.

 

« Il n’est pas seulement ex-président de LR. C’est un ex-adhérent des Républicains »

Le président de la région Hauts-de France, Xavier Bertrand s’est félicité de l’exclusion immédiate d’Éric Ciotti. « Il n’est pas seulement ex-président de LR. C’est un ex-adhérent des Républicains », a-t-il précisé. « J’ai aussi obtenu la clarté par rapport à tous les candidats qui seraient soutenus ou investis par le Rassemblement national. Il y a un troisième point qui pour moi doit être tranché. C’est de dire très clairement qu’il y aura une consultation des militants pour savoir, si oui ou non, ils approuvent cet accord (avec le RN). On m’a dit que c’était compliqué à organiser. Mais pour moi, c’est le point ultime de la clarification […] la meilleure des choses, c’est que ce soit la direction du mouvement qui le fasse dans des conditions transparentes », a-t-il plaidé.

Il s’agit d’une réponse à l’initiative lancée par Éric Ciotti qui a invité les militants à soutenir sa démarche de rapprochement avec le RN en l’exprimant sur une plateforme dédiée.

« Éric Ciotti s’est très mal comporté »

« C’est l’énergie du désespoir », a interprété Agnès Evren, sénatrice de Paris, au micro de Public Sénat. « On imagine sa déception. Mais la politique c’est aussi une affaire de comportement. Éric Ciotti s’est très mal comporté. Il a pris cette décision si grave pour les Républicains, sans consulter aucun des responsables politiques. Elle conclu : « Éric Ciotti ne s’est pas comporté de manière conforme à la charte de valeurs des Républicains. Ça a été l’union sacrée pour décider avec clarté et immédiateté d’exclure Éric Ciotti du mouvement».

En conclusion de cette journée digne des meilleures séries TV, la nouvelle direction de LR est venue symboliquement, devant les caméras, ouvrir les portes du siège de LR qu’Éric Ciotti avait décidé de fermer à la mi-journée.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le