Alliance avec Macron : « François Bayrou a mis 10 ans de réflexion, mieux vaut tard que jamais » s’amuse Ségolène Royal

Alliance avec Macron : « François Bayrou a mis 10 ans de réflexion, mieux vaut tard que jamais » s’amuse Ségolène Royal

La ministre avait tenté un rapprochement avec le président du MoDem en 2007. « Je regrette que ça n’ait pas eu lieu, et lui aussi, je pense l’a regretté » affirme-t-elle.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Au lendemain de l’annonce de l’alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron, la ministre de l’Environnement était interrogée sur ce sujet, à la sortie des Questions d’actualité du Sénat. Forcément, puisque la ministre avait déjà tenté une alliance avec le président du MoDem. « Cela nous ramène à 10 ans en arrière puisque c’était en 2007» se souvient celle qui fût la candidate à la présidentielle pour le Parti socialiste. « J’avais déjà eu cette volonté de dépasser les clivages et j’avais fait cette proposition à François Bayrou. Il a mis 10 ans de réflexion finalement, mieux vaut tard que jamais » s’amuse-t-elle.

« Quand j’entends dire que c’est vraiment la modernisation de la vie politique… Non, ça fait dix ans que cette possibilité là était ouverte et je regrette que ça n’ait pas eu lieu, et lui aussi, je pense l’a regretté, c’est pour ça qu’il se rattrape » lâche-t-elle dans un sourire.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le