Alliot-Marie veut priver les fonctionnaires du droit de grève

Alliot-Marie veut priver les fonctionnaires du droit de grève

Michèle Alliot-Marie, candidate déclarée à la présidentielle, souhaite "concentrer les fonctionnaires sur les missions...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Michèle Alliot-Marie, candidate déclarée à la présidentielle, souhaite "concentrer les fonctionnaires sur les missions régaliennes" et "essentielles", et les priver du droit de grève et de manifestation.

"Les missions de service public doivent être assurées, d'une part, par des fonctionnaires en ce qui concerne les missions régaliennes et les missions essentielles pour la continuité de l’État, et, d'autre part, par des agents publics qui sont des contractuels publics", a exposé l'ancienne ministre sur Public Sénat et Sud-Radio.

"On concentre les fonctionnaires sur les missions régaliennes et les missions essentielles", a-t-elle souhaité. Et, bénéficiant d'un "statut extrêmement protecteur", les fonctionnaires "ont en même temps des obligations qui sont celles d'assurer la continuité absolue du service public" et sa "neutralité absolue", a-t-elle développé.

"La continuité ne peut être assurée que s'il n'y a pas de droit de grève", a souligné Mme Alliot-Marie. Elle exclut de la même manière le droit de manifestation. "Il doit y avoir interdiction de l'expression publique de tout choix religieux ou politique", a-t-elle précisé.

"A côté, il y a des contractuels du service public, qui eux ont un autre statut, dans lequel ils peuvent avoir le droit de grève, sous réserve d'obligations qui peuvent être créées. Ils ont un droit de se syndiquer, mais ce sont deux statuts qui sont différents", a-t-elle ajouté.

Celle qui fut présidente du RPR (devenu UMP, puis Les Républicains) de 1999 à 2002 s'est mise en réserve du parti LR avant d'annoncer sa candidature à la présidentielle face au candidat désigné par la primaire de la droite, François Fillon (LR).

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le