Allocations familiales: Philippe promet “un vrai bon débat” avant toute décision

Allocations familiales: Philippe promet “un vrai bon débat” avant toute décision

Édouard Philippe s'est engagé mercredi soir à mener un "vrai bon débat" sur une possible remise en cause de "l'universalité" des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Édouard Philippe s'est engagé mercredi soir à mener un "vrai bon débat" sur une possible remise en cause de "l'universalité" des allocations familiales, qui pourrait se traduire par une baisse ou une disparition du dispositif pour des ménages aisés.

Lors de son nouveau rendez-vous hebdomadaire en direct sur Facebook, où il répond à des questions posées par des internautes, le Premier ministre a souligné que cette "bonne" question "méritait d'être posée" mais affiché sa prudence en la matière.

"On va se poser cette question, mais après un vrai bon débat, et pas simplement le soir au détour d'un amendement budgétaire qui n'aurait pas été complètement mesuré dans ses implications", a déclaré M. Philippe lors de cette émission réalisée depuis son bureau à Matignon.

Le débat aura lieu "calmement en réfléchissant à l'ensemble des prestations versées dans le cadre de la politique familiale", a-t-il assuré.

"C'est une politique importante, la politique familiale, ça fait plus de 70 ans qu'elle existe, elle produit de bons résultats, la France est un des pays dans lequel la démographie est la plus élevée en Europe", a souligné l'ancien maire du Havre.

"Même si on sait que depuis un ou deux ans cette démographie diminue un petit peu, donc il faut que l'on fasse attention à ce que l'on fait en matière de politique familiale", a-t-il immédiatement noté.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les allocations familiales sont versées à toutes les familles ayant au moins deux enfants à charge. Ce principe, défendu notamment par les associations familiales, la droite, mais aussi historiquement par le PCF et les syndicats, a pour objectif de compenser la charge que représente un enfant.

En juillet 2015, pendant le quinquennat de François Hollande, les allocations familiales ont été modulées en fonction des revenus, les plus aisés les voyant divisées par deux, voire par quatre, suscitant de vifs débats.

Ces dernières semaines, des membres de la nouvelle majorité LREM ont soulevé l'éventualité d'une suppression pure et simple des allocations familiales pour les plus hauts revenus.

"Un certain nombre de gens aujourd'hui disent: +à quoi ça rime de toucher des prestations familiales quand une famille gagne 6.000, 7.000, 8.000 euros par mois", a résumé M. Philippe.

Disant "comprendre qu'on se pose cette question", le Premier ministre a justifié sa prudence en soulignant qu'elle pourrait peut-être remettre en cause l'universalité dans d'autres domaines.

"La question qui sera forcement posée si on revient sur cette prestation, c'est la question de savoir si tout le monde va payer la même chose ou recevoir la même chose sur des prestations qui ne sont pas des prestations sociales", a-t-il dit, prenant l'exemple d'un forfait hospitalier qui varierait en fonction des revenus.

Le député LREM Olivier Véran avait estimé fin septembre que la suppression des allocation familiales "pour les plus hauts revenus (par exemple pour ceux qui gagnent plus de 6.000 euros par mois) représenterait une économie d'environ 440 millions d'euros par an.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Allocations familiales: Philippe promet “un vrai bon débat” avant toute décision
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le