Amélioration du pouvoir d’achat: “fake news” pour le député LFI Quatennens

Amélioration du pouvoir d’achat: “fake news” pour le député LFI Quatennens

Adrien Quatennens, député de La France insoumise (LFI), a considéré mercredi que les assurances du gouvernement sur une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Adrien Quatennens, député de La France insoumise (LFI), a considéré mercredi que les assurances du gouvernement sur une amélioration du pouvoir d'achat était une "fake news", ajoutant qu""il y a de la pédagogie à faire pour désintoxiquer".

"Sur le pouvoir d'achat, moi je le dis tout de suite, nous sommes en présence d'une fake news", a dénoncé M. Quatennens sur France 2. "Augmentation du pouvoir d'achat, il n'y a pas", a-t-il assuré, réfutant l'idée que "la fameuse baisse des cotisations qui fait que le salaire net augmente" soit un gain de pouvoir d'achat.

"Les cotisations c'est du salaire, c'est la part du salaire qui est socialisée, ce que vous ne payez pas en cotisations, vous le paierez en reste à charge, en tarifs de santé", a-t-il développé. "Donc ce gouvernement est passé maître dans l'art de vous prendre dans une poche, pour vous mettre un peu dans l'autre".

"Il y a de la pédagogie à faire pour désintoxiquer car la baisse des cotisations, ça n'est pas l'augmentation du pouvoir d'achat", a-t-il martelé.

Le député du Nord s'est par ailleurs dit "très inquiet" de la réforme du bac présentée mercredi. "Après s'être attaqué au Code du travail, le gouvernement s'attaque ici à deux autres piliers de la République sociale, l'école et l'université", a-t-il dénoncé.

"On va avoir un bac à la valeur considérablement affaiblie, qui ne sera plus un diplôme national, mais une multiplication de diplômes locaux, puisque on parle de l'instauration de près de 40% de contrôle continu".

M. Quatennens a en revanche jugé que le service national universel promis par Emmanuel Macron est "peut-être une bonne idée", mais "insuffisante" quant à sa durée.

"Nous, nous sommes pour l'instauration d'un service citoyen qui serait d'une durée de 9 mois, avec une formation militaire initiale, mais aussi, pourquoi pas, le fait de faire passer aux jeunes leur permis de conduire et de permettre de faire un petit point sur le niveau en écriture, en lecture", a-t-il précisé.

Le chef de l'Etat a souhaité mardi que le service national universel soit "obligatoire" et dure "autour du trimestre" voire de "3 à 6 mois".

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le