AMF: « Le président a répondu à toutes les questions »? « Non » pour François  Baroin

AMF: « Le président a répondu à toutes les questions »? « Non » pour François Baroin

Quelques minutes après le discours d’Emmanuel Macron devant les maires de France, François Baroin, le président de l’AMF, a réagi en exclusivité dans l’émission « L’Épreuve de vérité ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

 Est-ce que le président de la République a répondu à  toutes les questions ? La réponse est non » tranche François Baroin.

« Le passage de 10 à 13 milliards d’euros, évidemment, ne nous convient pas (…) Ça a fait l’objet d’un débat, il n’y a pas d’avancées là-dessus. On le constate, on le regrette, on ne s’y arrête pas et on poursuit ce travail de pédagogie pour le plus grand nombre pour dire que cette politique ne va pas dans la bonne direction ».

« Personne de sérieux ne s’accroche comme un rat sur un sac de grains au principe de la taxe d’habitation »

Mais le maire de Troyes observe aussi une bonne nouvelle. « J’ai entendu le président de la République, peut-être moins dans son discours, mais dans ses engagements qu’il a pris vis-à-vis de nous, sur le thème : s’il y a une évolution de la croissance, si l’élasticité du modèle économique fait des rentrées fiscales supplémentaires alors on demandera moins d’efforts aux communes parce que ce sont elles qui ont porté le plus d’efforts au cours de ces trois dernières années » a-t-il expliqué.

Concernant la taxe d’habitation, il assure que « personne de sérieux ne s’accroche comme un rat sur un sac de grains au principe de la taxe d’habitation » explique-t-il. « Mais il y a deux éléments d’incompréhension, avec un risque constitutionnel réel, qui est de dire : elle est injuste pour 80% mais on la garde pour 20% » affirme-t-il. « Le président de la République a dit ‘je mesure ce risque’. Mais le plus intéressant, c’est l’ouverture d’un grand débat sur une réforme locale (…) Ce que nous demandons, c’est la liberté à travers la garantie d’une ressource autonome que nous maîtrisons et conserver le lien entre l’habitant  et notre commune. » 

« Nous demandons la garantie d’une ressource propre que nous maîtrisons »

François Baroin veut "un grand débat sur les finances locales"
02:49

« À titre personnel, ce qui m’intéresse, c’est l’ouverture d’un grand débat sur les finances locales » a expliqué, par la suite, le président de l’AMF. « Ce que nous demandons, c’est quoi ? La liberté à travers la garantie d’une ressource propre que nous maîtrisons. Deuxièmement, conserver le lien entre l’habitant et notre commune (…) pour une raison philosophique et identitaire (…) La personne qui habite dans un territoire, par sa contribution, participe aux financements des services publics, que par ailleurs, elle sollicite et qui lui font du bien ».

« Le Président et le maire sont les deux institutions les plus importantes dans ce pays »

François Baroin a reconnu que  « ça ne s’était pas bien passé » entre le chef de l’État et les élus locaux, lors de la dernière conférence des territoires en juillet dernier, pointant notamment l’annonce des 13 milliards d’économies à réaliser. « Mais il (le chef de l’État)

 

Dans la même thématique

AMF: « Le président a répondu à toutes les questions »? « Non » pour François  Baroin
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

AMF: « Le président a répondu à toutes les questions »? « Non » pour François  Baroin
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le