APL: Bruno le Maire défend la baisse à partir d’octobre

APL: Bruno le Maire défend la baisse à partir d’octobre

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a défendu la baisse du montant des aides au logement à partir d'octobre, dans une...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a défendu la baisse du montant des aides au logement à partir d'octobre, dans une interview publiée mercredi par Ouest-France.

"Le budget des APL a été prévu sur la base d'une baisse de leur montant. La baisse n'a pas eu lieu mais le budget est resté identique! Il nous faut donc la mettre en oeuvre", a-t-il affirmé, revenant sur les "propos cinglants de la Cour des Comptes sur le dernier budget de François Hollande".

"Et comme, avec Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics, ndlr), nous voulons respecter l'engagement à l'égard des Français de ne pas augmenter les impôts et de maintenir notre déficit en dessous des 3% de notre richesse nationale, nous demandons des efforts à tous les ministères", a-t-il réaffirmé.

Interrogé sur les participations que l'Etat s'apprête à céder à hauteur de 10 milliards d'euros en vue de "mettre en place un fonds de financement de l'innovation de rupture", M. Le Maire s'est contenté de répondre: "vous le saurez en temps utile", ajoutant que "l'Etat dispose d'autres moyens pour exercer son influence dans les entreprises que la seule détention du capital".

"Il n'y a aucune fatalité au déclin industriel français", considère par ailleurs le ministre. "Ce qui fait la force de la France, c'est la diversité des secteurs dans lesquels elle excelle". "Je refuse par ailleurs l'idée d'une France dans laquelle toutes les richesses seraient concentrées dans quelques métropoles et qui laisserait de côté les territoires les plus reculés. C'est le sens de mon combat pour GM§S", l'équipementier automobile de la Creuse en liquidation, a-t-il assuré.

Interrogé sur ce que doit être le rôle de l'Etat dans l'Economie, M. Le Maire a répondu: "il est triple. C'est d'abord de trouver des solutions pour les plus fragiles" comme GM%S. "C'est ensuite de lutter contre la fraude fiscale (...) C'est enfin de préserver les intérêts strétagiques français dans le domaine de la défense ou de l'énergie par exemple, et d'éviter qu'un certain nombre d'activités essentielles ne tombent dans les mains de fonds vautours".

Enfin, concernant les entreprises de taille mondiale qui ne payent pas leur "juste part au Trésor public", le ministre des Finances a annoncé "une nouvelle proposition avec nos partenanires allemands pour aller plus vite dans la taxation de ces géants américains du numérique" lors du prochain conseil des ministres des Finances européens, en septembre, à Tallin. "La seule réponse efficace sera évidemment européenne", a-t-il ajouté. mcl/nas

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le