Apprentissage : Hervé Morin redoute « une privatisation pure et simple »

Apprentissage : Hervé Morin redoute « une privatisation pure et simple »

Le président de l’association des Régions de France était l’invité de Territoires d’Infos ce lundi. Alors qu’il rencontre la ministre du Travail dans la matinée pour parler de l’apprentissage, Hervé Morin refuse que la gestion de ce secteur soit transférée aux branches professionnelles.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos ce lundi, Hervé Morin met en garde le gouvernement sur la réforme de l’apprentissage. Les concertations sur ce dossier arrivent à leur terme à la fin janvier. En tant que représentant des régions, Hervé Morin se dresse contre cette réforme qui prévoit un transfert de compétences au profit des branches professionnelles. « L’idée du gouvernement, aujourd’hui, c’est de confier au MEDEF et aux branches professionnelles, l’apprentissage » dénonce-t-il. Selon lui, cette réforme conduirait à « une privatisation pure et simple de l’apprentissage. »

Lire aussi. Apprentissage : Muriel Pénicaud veut « une révolution copernicienne »

Alors qu’Hervé Morin rencontre la ministre du Travail ce lundi, il prévient qu’en l’état cette réforme est « inacceptable. » Il veut rappeler que l’apprentissage est un « service public » qui ne pourrait être laissé aux branches professionnelles. « Il y a un continuum dont les compétences sont régionales » entre le « soutien à l’économie » porté par les régions et « la formation notamment la formation des demandeurs d’emploi et l’apprentissage. » Hervé Morin ajoute que cette réforme « va créer une séparation entre le monde de l’apprentissage financé par le MEDEF ou l’UMM et l’apprentissage des lycées professionnels. » Selon lui cela dressera « un mur de Berlin entre les lycées professionnels et l’apprentissage. »

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le