Après le « Président des riches », Olivier Faure veut élire « une Présidente pour tous les autres »

Après le « Président des riches », Olivier Faure veut élire « une Présidente pour tous les autres »

Le premier secrétaire du PS a conclu la rentrée socialiste, à Blois, par un long discours centré sur le nouveau projet du parti, alors qu’Anne Hidalgo s’apprête à être candidate. Olivier Faure rêve d’« un 2022 qui résonne comme un nouveau 10 mai 1981 ».
Public Sénat

Par François Vignal (envoyé spécial à Blois). Photos : Quentin Calmet

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Olivier Faure veut y croire. En clôture des universités d’été du PS, rebaptisées Campus 2021, le premier secrétaire a fixé le cap. Il mène à la présidentielle de 2022. Après le « tour de piste » d’Anne Hidalgo, lors d’un week-end en forme de rampe de lancement pour la quasi candidate socialiste, Olivier Faure a surtout parlé de fond. Il a centré son intervention sur le projet, sur lequel Boris Vallaud, député et porte-parole du parti, a planché ces derniers mois. Il a même un titre : « Il est temps de vivre mieux ». « Notre projet est socialiste, s’inscrit dans nos valeurs, mais propose une nouvelle synthèse », précise Olivier Faure.

Le PS, un grand brûlé un peu miraculé

A écouter le premier secrétaire, candidat à sa réélection à la tête du parti pour le congrès de Villeurbanne, les 18 et 19 septembre, le PS est un grand brûlé, un peu miraculé. Il n’a pas tout à fait tort. En 2017, la candidature Hamon avait été un terrible échec, après le retrait de François Hollande. « Oui, nous avons avalé la poussière, connu notre part de désert, fait face à l’entreprise de débauchage de la Macronie ». Mais « après avoir perdu tous les scrutins pendant 7 ans, nous avons enfin retrouvé la victoire, sortis de notre isolement et conjuré le risque d’effacement ». Les bons scores des municipales et des régionales sont en effet venus redonner un peu d’air aux socialistes… et au premier secrétaire. Une « renaissance par les territoires », résume le député de Seine-et-Marne.

Hidalgo-Faureb.jpg
Olivier Faure, le premier secrétaire du PS a redit son soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à l'élection présidentielle.
Photo : Quentin Calmet

Pour « mettre fin à l’aventure macroniste » et à son « libéralisme autoritaire », Olivier Faure va chercher l’âme de François Mitterrand. Ça ne fait jamais mal chez les socialistes. Pour « renouer avec cette volonté de changer la vie », « les forces de l’esprit, il faut y croire ». Il confie son rêve : « Un 2022 qui résonne comme un nouveau 10 mai 1981 ». On ne voudrait pas freiner ses ardeurs mais il risque d’être déçu, à la vue des sondages. « Depuis 1974, les pronostics n’ont eu aucune valeur prédictive », rappelle le numéro 1 du PS.

« Nous limiterons les écarts de salaires dans les entreprises »

Face à « l’échec » du libéralisme, il appelle à « des ruptures, un changement de modèle », qu’il résume ainsi : « Pour nous, socialistes, les choix sont clairs : universalisme républicain, la justice sociale, l’égalité réelle et la justice écologique ». Le PS entend « renationaliser les réseaux de transports d’électricité et de gaz ». Constatant « l’écart de 1 à 300 des salaires dans certaines entreprises », le patron du PS annonce la couleur : « Nous limiterons les écarts de salaires dans les entreprises ». Et le soutien affiché d’Anne Hidalgo de lancer : « Il y a 5 ans, nous avons élu un Président des riches. En 2022, nous élirons une Présidente pour tous les autres ».

Faure-Tribune-Blois.jpg
Photo : Quentin Calmet

Côté institutions, il veut « déconnecter présidentielle et législatives » et « rendre tout son rôle au Parlement en rééquilibrant les pouvoirs au sein du couple exécutif, en transférant au premier ministre le droit de dissolution ».

« Le moment est venu de reprendre l’offensive idéologique et culturelle »

Pour Olivier Faure, « la laïcité n’est pas négociable. Elle n’a à être ni ouverte, ni fermée ». Et « en ce mois d’août 2021, Marianne est Afghane ! » lance le premier des socialistes. Il continue sur le thème de la République, dont la vision divise parfois son camp. La gauche, « plutôt que de s’égarer sur les chemins du woke ou de l’indigénisme, doit tenir fièrement le drapeau républicain, c’est ainsi qu’elle restera éveillée », estime Olivier Faure.

C’est pourquoi, « le moment est venu de reprendre l’offensive idéologique et culturelle, et de ne plus se laisser dicter notre propre agenda par les néolibéraux », demande Olivier Faure. La salle apprécie, répond à son discours par quelques standings ovations. Les militants ressortent sûrement remotivés du Campus de Blois. Il reste – menu détail – à motiver aussi les Français à revoter socialiste, cinq après François Hollande.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Après le « Président des riches », Olivier Faure veut élire « une Présidente pour tous les autres »
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le