Arbitrage Tapie : Christine Lagarde dément « toute négligence »

Arbitrage Tapie : Christine Lagarde dément « toute négligence »

L’ancienne ministre de l’Economie a comparu ce lundi devant la Cour de Justice de la République pour « négligence » dans le cadre de l’affaire Tapie.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

 « Je n’ai pas l’intention de me taire ». Christine Lagarde donne le ton dès le début de son procès, alors que la présidente de la Cour de Justice de la République l’informe qu’elle a le droit de garder le silence.

La présidente du FMI comparaît depuis lundi 14 heures pour « négligences » pour avoir choisi le recours à un arbitrage privé dans le conflit opposant le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie dans l’affaire de la vente d’Adidas.

 « Christine Lagarde souhaite écarter les griefs qui sont formulés à son encontre. Elle souhaite les discuter. Elle est là personnellement, physiquement, et elle sera là tout au long de l’audience » a expliqué son avocat Patrick Maisonneuve avant le début du procès (voir la vidéo ci-dessus).

Rejet du sursis à statuer

Ce dernier a demandé le report du procès en attendant la fin de l’enquête pénale. Un sursis à statuer rejeté par la CJR. Il a dans le même temps dénoncé la « violence » des termes de l’arrêt de renvoi qu’il juge « invraisemblables ». Dans cet arrêt, les magistrats ont notamment estimé que les explications de Christine Lagarde dans cette affaire étaient « peu convaincantes, sinon affligeantes », et que son attitude face au dossier témoignait « d’une précipitation et d’une légèreté constitutives de graves négligences de la part d’un ministre chargé de la conduite des affaires de l’Etat ».

« Pas de négligence »

De son côté, Christine Lagarde s’est dite également « profondément choquée » par les « raccourcis » et « approximations », et par le ton employé par cet arrêt. « Ai-je été abusée ? Je veux le savoir. Ai-je été négligente ? non » a-t-elle affirmé. 

Face à la présidente de la CJR Martine Ract Madoux, qui lui pose des questions très précises sur les détails de l’affaire, elle assure que cet arbitrage « n’était pas une priorité » à l’époque, mais que « ça valait la peine d’explorer cette voie » pour mettre fin au contentieux judiciaire avec Bernard Tapie.

Pour autant, Christine Lagarde, ancienne avocate, assure ne pas être « une spécialiste » de ces procédures privées.

Le procès reprendra mercredi, avec notamment le témoignage de Stéphane Richard, son ancien directeur de cabinet. Jean-François Rocchi et Bernard Scemama, chargés à l'époque de liquider une partie des actifs du Crédit Lyonnais seront également présents.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Arbitrage Tapie : Christine Lagarde dément « toute négligence »
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le