Arbitrage Tapie : Christine Lagarde devant la justice

Arbitrage Tapie : Christine Lagarde devant la justice

Christine Lagarde comparaît à partir de ce lundi devant la Cour de justice de la République (CJR) dans le cadre de l’affaire Tapie.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors ministre de l’Economie, la présidente du Fonds monétaire international est accusée de négligence dans la gestion de l’arbitrage entre l’homme d’affaires Bernard Tapie et l’ancienne banque publique Crédit Lyonnais autour de la revente d’Adidas en 1994.

En 2007, l’Etat a décidé de faire appel à un arbitrage privé dans cette affaire. Une décision prise « avec légèreté » par Christine Lagarde, selon les enquêteurs. Elle est jugée au titre de l’article 432-16 du Code pénal qui vise toute personne dépositaire de l’autorité publique qui aurait, par sa « négligence », permis un détournement de fonds public .

De son côté, la présidente du FMI n’a jamais émis de regret. « Je considère toujours que j’ai agi dans l’intérêt de l’Etat, conformément à la loi, et j’ai ma conscience pour moi dans cette affaire » avait-elle déclaré en janvier dernier.

En 2015, l’arbitrage a été annulé au civil, avec obligation pour Bernard Tapie de rembourser les 403 millions d'euros versés par le Trésor Public. Au pénal, les enquêteurs soupçonnent un « simulacre » organisé au bénéfice de l’homme d’affaires, dont l’avocat avait des liens avec un des arbitres.

Dans une interview au JDD, Bernard Tapie assure que la présidente du FMI ne lui a fait « aucun cadeau ». « La décision des arbitres a respecté toutes ses exigences. Ça veut dire que, en tant que ministre, Madame Lagarde a fait ce qu’elle avait à faire. Ni plus ni moins » a-t-il estimé.

Christine Lagarde risque jusqu’à un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende dans cette affaire. Le procès doit durer jusqu’au 20 décembre.

 

Dans la même thématique

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le

Arbitrage Tapie : Christine Lagarde devant la justice
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le