Arnaud Montebourg « se rapproche évidemment de Benoît Hamon », pour Jérôme Durain

Arnaud Montebourg « se rapproche évidemment de Benoît Hamon », pour Jérôme Durain

Le sénateur, proche d’Arnaud Montebourg, affirme que les convergences avec Benoît Hamon sont plus fortes que les divergences telles que le revenu universel.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Finies les « grandes heures de la campagne du premier tour », l’heure est au rassemblement. Jérôme Durain, sénateur de la Saône-et-Loire et soutien d’Arnaud Montebourg, estime que les attaques sur le revenu universel porté par Benoît Hamon n’ont plus lieu d’être. « Je crois que ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise », a-t-il déclaré à Public Sénat, au lendemain du premier tour de la primaire. Arnaud Montebourg « se rapproche évidemment de Benoît Hamon », rappelle-t-il, en citant leur opposition à la politique économique menée durant le quinquennat.

« L’essentiel est de redonner espoir à tous ces gens qui sont restés attachés au discours du Bourget », ajoute-t-il.

« Rien n’a été fait pour que ces primaires se déroulent dans de bonnes conditions »

Sur l’entre-deux-tours, le sénateur bourguignon espère une « campagne claire », avec une « confrontation entre deux lignes, celle qui a été conduite depuis 2012 et puis celle que le peuple de gauche a majoritairement exprimé, celle que portera Benoît Hamon ».

Si « dynamique politique est très nette » du côté de Benoît Hamon, le sénateur a en revanche regretté la confusion régnant autour des chiffres communiqués par la Haute autorité de la primaire :

« Rien n’a été fait, ni politiquement, ni matériellement, pour que ces primaires se déroulent dans de bonnes conditions. Le Parti socialiste a renâclé, hésité, fait tout ce qu’il fallait pour que l’on soit en difficulté. »

Dans la même thématique

Arnaud Montebourg « se rapproche évidemment de Benoît Hamon », pour Jérôme Durain
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le

Arnaud Montebourg « se rapproche évidemment de Benoît Hamon », pour Jérôme Durain
2min

Politique

Prix planchers dans l’agriculture : « Si on ne supprime pas la surtransposition des normes, le prix garanti sera un échec », estime Marine Le Pen

Ce 28 février, Marine Le Pen était en visite au Salon de l’agriculture. L’occasion pour la présidente du groupe RN à l’Assemblée de réagir aux dernières annonces d’Emmanuel Macron pour faire face à la crise agricole. Sans certaines conditions, elle estime que l’instauration de prix planchers pourrait conduire à « la ruine de l’agriculture ».

Le