illustration affiche de Nouveau front populaire

Arrivé en tête, le Nouveau Front populaire décroche entre 172 et 192 sièges à l’Assemblée nationale

L'alliance des principaux partis de gauche est sortie en tête du second tour des élections législatives, ce dimanche 7 juillet, devant la majorité sortante et le Rassemblement national dont la progression a été stoppée par un front républicain. La France insoumise reste majoritaire au sein du bloc de gauche, avec 68 à 74 sièges, mais désormais talonnée par le Parti socialiste, qui devrait récupérer entre 63 à 69 sièges.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Coup de théâtre : à rebours des derniers sondages, le Nouveau Front populaire (NFP) est arrivé en tête du second tour des législatives anticipées, devant le RN, donné favori pendant toute la campagne. Le bloc de gauche est en passe de récolter entre 172 et 192 sièges à l’Assemblée nationale, selon les projections d’Ipsos/Talan pour France Télévisions, Radio France, France 24/RFI et LCP Assemblée nationale après 20 heures. Le NFP passe ainsi devant le camp présidentiel (150 à 170 sièges) et le Rassemblement national (132 à 152 sièges), en troisième position.

S’exprimant quelques minutes après l’annonce des résultats, Jean-Luc Mélenchon, le fondateur de La France insoumise, a estimé devant ses sympathisants que « le Président d [evait] appeler le Nouveau Front populaire à gouverner ».

>> Suivez notre direct sur les résultats des législatives

À l’issue du premier tour, les différentes projections annonçaient entre 120 et 200 sièges pour le Nouveau Front populaire. Mais la mise en place d’un barrage républicain contre le RN et les nombreux désistements de l’entre-deux-tours – jusqu’à 134 candidats à gauche, selon un décompte du Monde –, sont venus rebattre les cartes. Selon une dernière enquête Ipsos-Talan publiée vendredi, le NFP pouvait encore espérer glaner jusqu’à 175 circonscriptions.

La forte progression du Parti socialiste

Avec 172 à 192 députés, la gauche progresse sensiblement par rapport aux dernières législatives. En 2022, la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) avait envoyé 151 élus au Palais Bourbon. Dans le détail :

  • La France insoumise : 68 à 74 sièges (75 avant la dissolution)
  • Le Parti socialiste : 63 à 69 sièges (31 avant la dissolution)
  • Les écologistes : 32 à 36 sièges (21 avant la dissolution)
  • Le Parti communiste français : 10 à 12 sièges (22 avant la dissolution)

Principaux enseignements de ces résultats : le net renforcement du Parti socialiste, désormais en phase de concurrencer l’hégémonie des insoumis sur la gauche. De leur côté, les communistes devraient perdre leur groupe à l’Assemblée nationale avec moins de 15 élus, le minimum requis. Toutefois, le jeu des rattachements, au moment de la mise en place de la nouvelle législature, à partir de lundi, pourrait éventuellement leur permettre de retrouver des couleurs.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le