Arthaud appelle à lutter contre ceux qui “tirent les ficelles”

Arthaud appelle à lutter contre ceux qui “tirent les ficelles”

Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle, a appelé dimanche à lutter contre "la grande bourgeoisie"...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle, a appelé dimanche à lutter contre "la grande bourgeoisie" qui "tire les ficelles", lors de son grand meeting de campagne à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

La candidate d'extrême gauche a été accueillie par 3.500 personnes brandissant des drapeaux rouges et chantant "L'Internationale". Arlette Laguiller, six fois candidate entre 1974 et 2007, a reçu quant à elle une ovation debout.

Une dizaine de personnes issues de la société civile, essentiellement des ouvriers, se sont relayées à la tribune pour dénoncer leurs conditions de travail, la "mainmise de la finance et du capitalisme" sur les décisions en entreprise, la recherche "exacerbée du profit par les patrons" et le chômage.

"La minorité capitaliste et le patronat nous mènent une guerre féroce avec une avidité insatiable", a déclaré Mme Arthaud, en soulignant que, malgré la crise, les revenus des grands dirigeants d'entreprise ont augmenté grâce à "l'exploitation" accrue des travailleurs.

"Ne vous laissez pas abuser par les pantins de la scène politique. (...) A les entendre, on pourrait les prendre pour des enfants de choeur. Mais tous ces politiciens ne changeront rien", a-t-elle lancé, invitant le public à se soulever contre "la grande bourgeoisie" qui "tire les ficelles".

Toutefois, cette enseignante, agrégée d'économie et de gestion, a prévenu qu'elle n'était "pas candidate pour être présidente de la République" mais pour "renverser le système".

Tout au long de son discours, elle a pris pour cible ses adversaires, en particulier François Fillon qui, selon elle, promettent à la France des politiques "anti-ouvrières".

Elle, au contraire, s'engage notamment à "interdire" les licenciements pour mieux "répartir le travail" et améliorer les conditions des salariés et à avoir recours à l'expropriation et l'exploitation des entreprises réfractaires.

Elle veut également augmenter le Smic à 1.800 euros par mois pour que les salariés puissent "vivre sans l'angoisse du lendemain". "C'est ce qu'il faut pour se chauffer comme il faut, réparer la voiture ou payer les études de ses enfants", a-t-elle justifié.

"La grande bourgeoisie nous dit qu'elle n'a plus d'argent pour augmenter les salaires, mais comment fait-elle pour augmenter ses revenus?", a-t-elle fustigé, en ajoutant vouloir prendre "les initiatives sociales pour l'empêcher de nuire" à la "grande majorité de la population".

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le