Arthaud (LO) croit en une “explosion sociale” mais pas à l'”union de la gauche”

Arthaud (LO) croit en une “explosion sociale” mais pas à l'”union de la gauche”

La porte-parole de Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud s'est dite vendredi "convaincue" qu'une "explosion sociale" semblable à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La porte-parole de Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud s'est dite vendredi "convaincue" qu'une "explosion sociale" semblable à Mai-68 pouvait se produire en France, mais a dénoncé l'idée d'une "union de la gauche", critiquant la politique de Jean-Luc Mélenchon.

"On commémore les 50 ans de Mai-68, une levée en masse des travailleurs qui a ébranlé le pouvoir de de Gaulle, un pouvoir autrement fort que celui de Macron", a déclaré l'ancienne candidate à la présidentielle.

"Je suis convaincue qu'il peut y avoir et qu'il y aura demain une explosion sociale, parce qu'on ne peut pas imaginer que les choses continuent comme ça. avec (...) un gouvernement qui se congratule, qui s'auto-félicite, il y a 6 millions de chômeurs dans ce pays", a-t-elle dénoncé.

"Il y a les cheminots qui relèvent la tête. Ils tiennent tête, se battent pour leurs droits", a-t-elle salué. "Il faudrait effectivement une levée en masse des travailleurs".

Si elle a confirmé la participation de Lutte ouvrière a la manifestation du 26 mai, à l'appel de plusieurs organisations syndicales (Solidaires...), politiques (La France insoumise...) et associatives (Attac...), la porte-parole a dénoncé "l'opération politique (...) qui consiste à dire +il faut oeuvrer pour le retour de la gauche au pouvoir+".

Rejetant toute idée de "gauche plurielle" ou "d'union de la gauche" parce que "les travailleurs en ont soupé", la numéro un de LO a critiqué la ligne politique de Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise.

"Ce que je conteste dans la politique de Mélenchon, c'est (...) qu'il ne veut pas contester la mainmise du grand capital, des grandes entreprises sur l'économie. (...) Donc il se voue finalement à faire comme Hollande, c'est-à-dire pendant la campagne avoir des airs de tribun, faire de grandes phrases +mon ennemi c'est la finance+, et puis une fois au pouvoir s’aplatir", a-t-elle jugé.

La CGT participera également à la manifestation, ainsi que, notamment, le PCF, la Fondation Copernic, le Syndicat de la magistrature, la FSU, l'Unef, Droit au logement.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le