France : Allocution Gabriel Attal

« Assemblée plurielle » : « C’est une proposition d’union faite uniquement pour préserver Macron et ses amis », juge Patrick Kanner

Après les résultats du premier tour des législatives, Gabriel Attal a appelé à la composition d’une « assemblée plurielle », composée de différents partis politiques, en vue d’une coalition. Visée par cet appel du pied à l’instar des groupes politiques de la droite et du centre, la gauche souhaite être la force centrale de cet accord. Très critique envers le parti présidentiel, elle veut défendre le programme du Nouveau Front Populaire.
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Par deux fois depuis dimanche et les résultats du premier tour des élections législatives, Gabriel Attal a appelé à la composition d’une « assemblée plurielle », composée de différents partis politiques. Lundi 1er juillet sur le plateau de TF1, et ce mardi au détour d’un déplacement de campagne.

Face au Rassemblement National, qui croit en la possibilité d’obtenir une majorité absolue le 7 juillet prochain, quelle alternative politique existe-t-il pour former un gouvernement ? C’est une des questions qui devra être tranchée par les forces politiques en présence. Ce qui semble être une main tendue par Gabriel Attal aux membres du Nouveau Front Populaire (NFP) a d’ores et déjà été rejetée par Manuel Bompard, coordinateur national de la France Insoumise et député nouvellement réélu de Marseille. « Les insoumis ne gouverneront que pour appliquer leur programme, rien que le programme », a-t-il affirmé au micro d’Apolline de Malherbe.

« Nous participerons, si c’est à nos conditions »

Les choses sont moins définitives du côté de ses alliés du NFP. Et c’est compréhensible : ce dernier semble ne pas pouvoir obtenir la majorité absolue au Palais Bourbon dimanche soir. Pour éviter un gouvernement composé du RN et de ceux qui voudront bien y participer, la gauche devra composer avec le bloc Ensemble. « Nous participerons, si c’est à nos conditions », avertit Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat. Leurs conditions, c’est le programme du NFP défendu lors du premier tour. « Nous nous sommes battus pendant les législatives pour un programme, on ne va pas le mettre à la poubelle, on a un contrat moral avec nos électeurs », explique-t-il. La sénatrice socialiste de Seine-Saint-Denis et proche d’Olivier Faure Corinne Narassiguin trouve, elle, qu’il est « trop tôt » pour se poser cette question. Elle préfère « attendre dimanche soir et le verdict des urnes ». « Le seul objectif est d’empêcher le RN d’avoir une majorité absolue ou bien d’avoir une majorité relative avec LR et de faire un gouvernement d’extrême-droite » soutient-elle. Pour autant, elle a entendu la proposition du Premier ministre : « Ce qui m’inquiète, c’est que Gabriel Attal donne l’impression que c’est sur son programme à lui qu’il propose un rassemblement, en particulier de ‘protéger les Français des hausses d’impôts’ ». La ligne est peu ou prou la même du côté des écologistes. Pour Guillaume Gontard, président du groupe écologiste au Sénat, il faut « renverser les choses » : ce serait plutôt à l’union de la gauche de proposer une coalition. « Après le second tour, le bloc de Gabriel Attal aura moins d’élus que le NFP et le RN », explique-t-il, « dimanche soir, il faudra trouver une majorité. Le NFP peut être la deuxième, voire la première, force de l’Assemblée, le bloc macroniste sera une force d’appoint ». L’Isérois voit plutôt la main tendue de la part de la gauche vers les troupes d’Emmanuel Macron prêtes à travailler sur des « objectifs extrêmement clairs » : le pouvoir d’achat et le quotidien des Français avec notamment l’indexation du smic sur l’inflation, le réinvestissement des services publics dans les territoires, un « meilleur partage des richesses », ou encore l’instauration de la proportionnelle.

« Il n’est pas question pour mon groupe de tremper dans quelque coalition que ce soit pour défendre les intérêts de la droite »

Si la perspective d’une coalition se dessine, Patrick Kanner ne s’en montre pas moins sévère avec le camp d’Emmanuel Macron : « Il n’est pas question pour mon groupe de tremper dans quelque coalition que ce soit pour défendre les intérêts de la droite ». Il dénonce un « gouvernement de parvenus qui n’a servi qu’une seule catégorie de Français », « prêt à tout lâcher pour un bout de pouvoir », un président « irresponsable » d’avoir dissous. « C’est une proposition d’union faite uniquement pour préserver Macron et ses amis qui n’ont fait que trahir leurs convictions », juge-t-il.

Ve République : « On ne peut plus continuer comme ça »

Cette situation, inédite dans l’histoire de la Ve République, est peut-être l’occasion de la dernière chance pour ceux qui veulent réformer son fonctionnement. Chez les écologistes et chez les socialistes, on dénonce le manque de recherche de compromis par Emmanuel Macron depuis 2022. « Ce que Gabriel Attal propose, Emmanuel Macron aurait pu le proposer dès 2022 en se posant la question de gouverner avec un gouvernement ouvert sur la gauche ou sur la droite », juge Guillaume Gontard, « on en est là parce qu’il ne l’a pas fait ». « Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, on va devoir se poser la question de comment on forme un gouvernement sans majorité absolue », analyse Corinne Narassiguin. Tous les deux appellent à un changement institutionnel. « On ne peut plus continuer comme ça », reconnaît la socialiste. La question qui se pose alors est : quelle majorité parlementaire pour adopter quelle réforme institutionnelle ? Une nouvelle question qui s’ajoute à celle, déjà longue, des interrogations qu’a soulevées la dissolution de l’Assemblée nationale le 9 juin dernier.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le

La sélection de la rédaction

HENIN BEAUMONT – SOIREE ELECTORALE MARINE LE PEN
4min

Politique

Législatives 2024 : « Tremblement de terre », « effarante débandade », la victoire du RN vue par la presse étrangère

Le score historique du Rassemblement National au 1er tour des élections législatives (33,15%) fait grandement réagir les grands médias internationaux. Entre critiques non dissimulées à l’encontre du président de la République et inquiétude face à la montée inexorable de l’extrême-droite dans l’Hexagone, tous s’accordent à décrire un « séisme » politique, qui aura des répercussions en Europe et dans le monde.

Le