Assemblée: Solère (LR) annonce un nouveau groupe commun “Les Républicains constructifs/UDI”

Assemblée: Solère (LR) annonce un nouveau groupe commun “Les Républicains constructifs/UDI”

Le député LR Thierry Solère, au côté du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, a annoncé mercredi la création d'un groupe de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LR Thierry Solère, au côté du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, a annoncé mercredi la création d'un groupe de "constructifs" à l'Assemblée, qui rassemble jusqu'alors une vingtaine de députés LR et 18 UDI et sera entériné mardi prochain.

"J'ai réuni des parlementaires Les Républicains, une vingtaine a acté l'envie de créer ce groupe" des "Républicains constructifs UDI indépendants", pour "accompagner les réformes qui vont dans le bon sens, s'opposer quand il le faudra" à la politique d'Emmanuel Macron, a déclaré M. Solère lors d'une conférence de presse.

Pour M. Lagarde, selon lequel "18 parlementaires" UDI ont déjà la "volonté de construire un groupe le plus large possible", celui-ci peut devenir "la troisième force politique de l'Assemblée".

"D'autre parlementaires ont vocation à nous rejoindre, nous avons prévu un fonctionnement très ouvert", a ajouté M. Solère, en présence notamment des élus LR Franck Riester, Pierre-Yves Bournazel ainsi qu'Agnès Firmin Le Bodo, qui a succédé à Édouard Philippe dans sa circonscription de Seine-Maritime et des UDI Philippe Vigier et Yves Jégo.

Interrogé sur la création d'un futur parti commun, il a répondu: "Nous verrons ensuite les conséquences de tout cela".

Quant à l'idée que ce groupe soit le fruit d'une demande du Premier ministre, il a réfuté être "aux ordres du gouvernement" et indiqué que les députés de ce groupe seraient "dans une logique soit de confiance a priori, soit dans une logique d'abstention" vis-à-vis d'Édouard Philippe.

Le groupe n'a "pas vocation a obéir au Premier ministre", mais il serait "ridicule de ne pas discuter" avec lui, a renchéri M. Lagarde, précisant qu'il serait inscrit auprès de l'Assemblée "comme groupe d'opposition", ce qui octroie davantage de moyens.

L'annonce de la création de ce nouveau groupe est intervenue au moment où les députés LR votaient pour désigner leur chef de file, Christian Jacob, reconduit dans ses fonctions.

Dans la même thématique

Assemblée: Solère (LR) annonce un nouveau groupe commun “Les Républicains constructifs/UDI”
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le