Assurance chômage : la réforme reportée jusqu’au 1er avril

Assurance chômage : la réforme reportée jusqu’au 1er avril

Alors que le chômage augmente avec la crise, le gouvernement a annoncé aux partenaires sociaux un nouveau report de la réforme de l’assurance chômage. Le Medef met en garde sur les conséquences économiques d’un nouveau confinement. Sur le télétravail, CFDT et CGT réclament un cadre plus précis et global.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Trois mois de plus. « La réforme de l'assurance chômage, qui était suspendue jusqu'au 1er janvier, sera suspendue trois mois de plus » en raison de la crise sanitaire du Covid-19, a annoncé le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, à l’issue d’une conférence sociale à Matignon, entre le premier ministre et les partenaires sociaux. Le président de la Confédération des PME, François Asselin, a confirmé dans la foulée que la réforme était « décalée au 1er avril ».

Un simple report jugé « scandaleux » par la CGT

La réforme prévoit un durcissement des conditions ouvrant droit à l’assurance chômage, avec un passage de 4 à 6 mois de travail nécessaire. Elle vise aussi une réforme du mode de calcul des allocations, défavorable à ceux qui alternent chômage et contrats courts.

Les syndicats réclament eux l’abandon de la réforme. « Petit à petit, on est en train de faire la démonstration que cette réforme n'est pas du tout adaptée à la période, en plus de son injustice initiale », a dénoncé Laurent Berger, à la tête de la CFDT (voir ci-dessous). Un simple report est jugé « scandaleux, compte tenu de la situation », juge pour sa part le numéro 1 de la CGT, Philippe Martinez.

Quant à la question de la réforme des retraites, « elle a très peu été évoquée », selon Geoffroy Roux de Bézieux.

« Encore beaucoup d’efforts à faire » sur le télétravail, selon la CFDT

Sur le plan sanitaire, le responsable du Medef a mis en garde sur les conséquences d’un nouveau confinement, aujourd’hui évoqué. « Si des mesures sanitaires devaient être prises dans les jours qui viennent, la situation n’est pas la même qu’en mars pour les entreprises. (…) En mars, les entreprises étaient en pleine santé. Des mesures de reconfinement dures n’auraient pas du tout les mêmes conséquences » selon Geoffroy Roux de Bézieux.

Au sujet du télétravail, mesure utile pour lutter contre la propagation du virus, le Medef souligne que « depuis 15 jours, il y a une énorme accélération dans toutes les entreprises. Mais ce n’est que 30% des emplois dans le privé », « 70% des emplois ne sont pas télétravaillables ». « La solution c’est de continuer l’activité économique. Il faut trouver le bon curseur entre économie et santé » selon Geoffroy Roux de Bézieux, qui ajoute :

Si on revient à un confinement sur le modèle de mars, on risque un écroulement de l’économie. (Geoffroy Roux de Bézieux)

Laurent Berger juge cependant qu’il y a « encore beaucoup d’efforts à faire » sur le télétravail comme « la reconnaissance des travailleurs de deuxième ligne », sur lesquels une mission a été lancée.

Le responsable syndical « réclame des mesures de clarté » sur la question du télétravail. « Il nous est répondu qu’il faut le fixer entreprise par entreprise. Mais on ne fera pas l’économie d’un cadrage beaucoup plus serré, je crois. C’est aussi l’objectif de la négociation. Mais le patronat est assez peu proactif sur la question du télétravail » pointe-t-il. Laurent Berger ajoute qu’« il faut un encadrement et un peu de clarté ».

« Il y a la nécessité d’un accord national interprofessionnel » ajoute pour sa part Philippe Martinez, « le Medef a refusé très longtemps d’engager ces négociations, dont l’issue n’est pas assurée, car il refuse toujours d’avoir un accord-cadre national ».

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Assurance chômage : la réforme reportée jusqu’au 1er avril
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le