Assurance chômage : « Sur le fond nous avons un désaccord » déclare Philippe Martinez

Assurance chômage : « Sur le fond nous avons un désaccord » déclare Philippe Martinez

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a rencontré le chef de l’État, ce jeudi, pour entamer les concertations sur les prochains chantiers du gouvernement. La réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et l’épineuse question de l’assurance maladie seront discutées. 
Public Sénat

Par Helena Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le leader de la CGT, Philippe Martinez, était reçu par le chef de l’État, ce matin à l’Élysée. Six autres représentants des partenaires sociaux sont attendus à l’Élysée aujourd’hui et Laurent Berger (CFDT) demain. La formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance maladie sont au cœur des discussions avec le chef de l’État. Quelques jours après la manifestation des fonctionnaires, Philippe Martinez a « rappelé tout le mal que nous pensions de cette loi » travail, à Emmanuel Macron.

Le secrétaire général de la CGT a signifié au chef de l’État que « l'épisode précédent ne nous a pas satisfait tant sur le fond que sur la forme » en référence aux ordonnances visant à réformer le code du travail. La CGT a appelé à manifester contre les ordonnances le 19 octobre prochain. Revenant sur la phrase polémique d’Emmanuel Macron qui accusait certains salariés « de foutre le bordel, » Philippe Martinez lui a répondu « que la réponse pour ces salariés (de GM&S) ce n’était pas d'aller travailler à deux heures de chez eux sur une activité qui n'avait rien à voir avec la leur mais qu'il fallait des réponses concrètes. » Sceptique sur les résultats de cette concertation, le secrétaire de la CGT a déclaré que « discuter ça sert toujours, mais que nous n'avons pas des têtes d'alibi. »

 « Pas question pour nous de réduire les droits des privés d’emplois »

Sur l’assurance chômage, le secrétaire général de la CGT a été ferme, « pas question pour nous de réduire les droits des privés d’emplois. » L’assurance chômage devrait être étendue aux démissionnaires et aux indépendants. Le financement et la gouvernance du régime devraient aussi être revus. Le gouvernement souhaite que l’assurance chômage ne soit plus seulement financée par les cotisations mais aussi par la CSG. Philippe Martinez estime, lui, que « tout ce qui consiste à exonérer les cotisations ne va pas dans le bon sens. » Le syndicaliste indique que « sur le fond nous avons un désaccord c’est que plutôt que de réduire les dépenses comme le propose le gouvernement en matière de chômage, il faut augmenter les recettes et la meilleure façon d’augmenter les recettes c’est qu’il y ait plus de cotisations. 

La gouvernance du régime de l’assurance chômage devrait passer d’une gestion paritaire entre les partenaires sociaux à une gestion tripartite avec un pilotage de l’État. Le secrétaire général de la CGT n’est « pas d’accord, en aucun cas ça ne doit se faire de façon tripartite, c’est aussi valable pour la formation professionnelle » précise-t-il. Philippe Martinez a aussi demandé une clarification « de la notion de travailleur indépendant » prenant l’exemple des polémiques sur les conditions de travail des livreurs à vélo « Deliveroo. » Concernant la réforme de l’apprentissage, Philippe Martinez demande au gouvernement de veiller à ce que les apprentis aient « un niveau de culture défini et suffisant. »

Dans la même thématique

Assurance chômage : « Sur le fond nous avons un désaccord » déclare Philippe Martinez
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le