Attentats : « La bataille culturelle n’a pas été suffisamment menée » selon David Assouline

Attentats : « La bataille culturelle n’a pas été suffisamment menée » selon David Assouline

Invité de Territoires ce lundi, le sénateur de Paris regrette que « la bataille culturelle », deux ans après les attentats du 13 novembre, n’ait pas été « suffisamment menée. »
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Deux ans après les attentats du 13 novembre, David Assouline déplore qu’il y ait « trop de timidité » sur le « combat pour les valeurs, pour la République. » Invité de Territoires d’Infos ce lundi, le sénateur de Paris reconnaît toutefois que sur les questions sécuritaires les Français sont « nettement mieux protégés. » Pour autant, il estime que « la bataille culturelle, intellectuelle dans la société, au fond, dans la jeunesse, dans l’ensemble de nos villes n’a pas été à mon avis suffisamment menée. »

David Assouline dénonce « une crise idéologique, morale de nos sociétés qui oscillent entre succomber face aux difficultés du monde, aux incertitudes, aux transformations, entre le repli sur soi, le communautarisme, le chacun son pays, sa communauté. » Le sénateur de Paris pointe « les thèses extrémistes de droite » et « l’islamisme politique » contre lesquels « il faut cultiver avec fierté ce que nous portons, l’universalisme, le vivre ensemble mais autour d’un socle de valeurs sur lequel il faut une intransigeance, jamais de complaisance sur les valeurs fondamentales. »

Le sénateur de Paris s’inquiète de « l’actualité de cet antisémitisme qui se banalise de plus en plus et qui doit nous rappeler qu’on est jamais immunisé si on ne mène pas ces combats avec intransigeance. » Il considère qu’il faut « un débat de fond intellectuel sur ces questions, sur la laïcité en particulier. »

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le