Au FN, une refondation sous menace judiciaire

Au FN, une refondation sous menace judiciaire

Il n'y a pas que les bisbilles idéologiques: la "refondation" du Front national souhaitée par Marine Le Pen se fera sous la menace de la justice...
Public Sénat

Par Guillaume DAUDIN

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Il n'y a pas que les bisbilles idéologiques: la "refondation" du Front national souhaitée par Marine Le Pen se fera sous la menace de la justice, dans l'affaire des finances de campagne 2012 comme dans celle des assistants parlementaires.

Dans les prochains mois, "il y aura du bleu marine à tous les étages, mais version police, et la direction sera décimée", se persuade un soutien de l'ancienne députée Marion Maréchal-Le Pen, rejoint par quelques frontistes plutôt inquiets.

Dans l'affaire la plus médiatisée pendant la présidentielle, les juges d'instruction enquêtent sur un éventuel système FN pour rémunérer sur fonds publics des permanents comme assistants au Parlement européen. L'institution évalue son préjudice à près de cinq millions d'euros depuis 2012.

Parmi les 17 eurodéputés ou ex-eurodéputés FN visés, Marine Le Pen et Marie-Christine Boutonnet viennent d'être mises en examen, après deux de leurs assistants parlementaires à la fin de l'hiver.

Louis Aliot, député FN et compagnon de Marine Le Pen, a, lui, refusé de se rendre à une convocation de la police.

Hormis cette affaire, pour un frontiste, le dossier "le plus explosif" est le moins médiatique: le procès annoncé concernant des soupçons d'enrichissement frauduleux aux frais de l'Etat lors des campagnes législatives et présidentielle de 2012.

Chantre du "tête haute main propres", le parti d'extrême droite conteste ce renvoi en correctionnelle par un pourvoi en cassation, arguant de son innocence.

Les juges soupçonnent des prestations gonflées et surfacturées au détriment de l'État, qui rembourse les frais de campagne aux candidats dépassant 5% des voix.

Au coeur de ce système, deux proches de Marine Le Pen à la réputation sulfureuse, les prestataires Frédéric Chatillon et Axel Loustau.

Alors que la présidente du FN prévoit de refonder le parti avec un séminaire mi-juillet, puis une consultation des adhérents avant un congrès à la fin de l'hiver, "elle doit vérifier que les sous-traitants ne posent pas question", souligne un haut responsable FN. "C'est une vaste blague si Chatillon et Loustau sortent pas", traduit un philippotiste.

Or Marine Le Pen a confié aux deux hommes d'importantes responsabilités dans son équipe de campagne: coordination des imprimés et du web pour le premier, finances pour le second.

-- Retards de livraison --

Pour un ancien conseiller, les écarter maintenant représenterait "un sacré risque": sous couvert d'anonymat et sans avancer de preuves, plusieurs ex-collaborateurs FN interrogés par l'AFP pensent en effet que Marine Le Pen a pu "profiter" de ce système mis en cause par les juges. Mais celle-ci balaie un dossier "vide" et a été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Axel Loustau à Marseille le 6 septembre 2015
Axel Loustau à Marseille le 6 septembre 2015
AFP/Archives

Des frontistes pestent surtout de voir un système comparable reconduit pour les campagnes 2017. "J'ai pas l'impression que ça a été plus +réglo+", affirme un régulier de "L'Escale", l'ex-QG de campagne.

Axel Loustau, proche ami de M. Chatillon, a fourni cette année des kits de campagne avec "Presses de France".

Pour la validation des comptes, les candidats FN se sont vus recommander CDC Expertise et Audit, société officiellement créée fin mai, inconnue de l'Ordre des experts-comptables de Paris, dont l'un des contacts est Gorete Varandas, élue régionale FN très proche de Nicolas Crochet, dont la société a dû être écartée.

De source FN, environ 430 candidats ont choisi le système de kits, à un prix allégé. Le seul portail internet, dont l'utilisation réelle et le prix avaient été questionnés par les enquêteurs en 2012, coûte non plus 1.800€ mais 400€ par candidat, soit une facture totale potentielle d'environ 170.000€.

Le FN et les affaires : Marine Le Pen mise en examen
Principaux élements des affaires judiciaires dans lesquelle le Front national est impliqué.
AFP

L'expertise-comptable a elle été réévaluée de 1.200€ à 1.300€ par compte.

Mais pour ces tarifs, un nombre "impressionnant de candidats" a vu ses documents de campagne livrés trop tard, s'est plaint le conseiller régional Antoine Chudzik, depuis suspendu du parti. Son propos est étayé par quelques sources interrogées par l'AFP. Pour un autre frontiste, "c'est bien pire que 2012".

"Il y a eu quelques petites difficultés, assez limitées", tempère le secrétaire général FN Nicolas Bay, qui, pour calmer la tempête, a adressé un questionnaire de satisfaction aux candidats.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le