“Aucune alliance possible” avec le FN, martèle LR

“Aucune alliance possible” avec le FN, martèle LR

"Il n'y aura aucune alliance avec le Front national", et les propos de l'ancien ministre Thierry Mariani plaidant en ce sens sont...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Il n'y aura aucune alliance avec le Front national", et les propos de l'ancien ministre Thierry Mariani plaidant en ce sens sont "isolés", ont martelé lundi les responsables des Républicains, au lendemain d'un appel au rassemblement lancé par Marine Le Pen.

"Notre position est très claire : il n'y aura aucune alliance avec le Front national et ceux qui prétendent ceci, comme M. Mariani (...) sont des voix isolées qui ont le droit de s'exprimer mais qui ne peuvent parler au nom des Républicains", a déclaré sur CNews un des porte-parole de LR, Gilles Platret.

"S'il suffisait de changer de nom pour changer d'idéologie... la vérité du Front national, elle s'est plus vue à la sortie d'une certaine discothèque samedi soir, avec des propos racistes tenus par l'assistant parlementaire de Marine Le Pen, que dans cette proposition cosmétique de changer le nom (...) ça ne suffira pas pour dédiaboliser le Front national (...) il n'y a aucune alliance possible avec cette formation", a-t-il insisté.

Pour M. Platret "les alliés naturels de la droite" sont les centristes, même si LR parle "aux électeurs qui ont pu voter Front national".

La question de sanctions ou d'un rappel à l'ordre vis-à-vis de M. Mariani ne semble en revanche pas à l'ordre du jour. "Qu'il nourrisse les contacts s'il l'entend, il n'y a pas de contact, il n'y aura pas de contact entre les Républicains et le Front national", a dit le maire de Chalon-sur-Saône.

"Nous n'avons pas envie de nous allier avec les boutiquiers du Front national", a de son côté affirmé le secrétaire général délégué du parti, Geoffroy Didier, en soulignant que M. Mariani n'est "pas membre de l'équipe dirigeante" de LR.

"Nous ne ferons pas d'accord avec le Front national, nous ne sommes pas intéressés", leur a fait écho sur Public Sénat Laurence Sailliet, une autre porte-parole.

Interrogée sur l'existence de "discussions" en vue des européennes entre le FN et des personnalités LR, évoquées par le vice-président du FN Nicolas Bay, Mme Sailliet a démenti qu'elles aient lieu, au moins au niveau de la direction.

"Je ne connais aucun Républicain qui soit dans ces discussions, aucun membre de la direction, aucune personne qui fasse partie des instances dirigeantes", a-t-elle souligné.

Dans la même thématique

“Aucune alliance possible” avec le FN, martèle LR
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le