Audrey Azoulay juge “irresponsables” les attaques contre les journalistes

Audrey Azoulay juge “irresponsables” les attaques contre les journalistes

Les attaques contre les journalistes de la part de responsables de la droite sont "irresponsables", a estimé mardi la ministre de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les attaques contre les journalistes de la part de responsables de la droite sont "irresponsables", a estimé mardi la ministre de la Culture Audrey Azoulay, s'interrogeant sur la viabilité de la candidature de François Fillon.

"Il y a un discours (contre les journalistes) qui est tout a fait irresponsable, porté par ceux qui veulent être - pour combien de temps? je ne sais pas - candidat à l'élection présidentielle", a dit sur RTL Mme Azoulay en visant clairement le candidat LR à l'élection présidentielle, François Fillon.

"On peut critiquer les positions de tel ou tel (journaliste), c'est normal et légitime. Mais jeter l’opprobre sur l'ensemble de cette profession c'est irresponsable dans une démocratie. On joue avec le feu et il peut y avoir des conséquences", a-t-elle mis en garde.

"Quand la défiance est alimentée par des gens qui prétendent être candidat à la présidence de la République c'est très grave", a-t-elle insisté. "C'est dangereux en démocratie de tenir ce discours", a ajouté la ministre qui a défendu le journalisme d'investigation qui "doit être indépendant". "C'est aux journalistes de décider sur quoi ils enquêtent".

Lors d'une conférence de presse le 6 février, François Fillon a accusé les médias d'en avoir "trop fait" pour le "lyncher" et l'"assassiner politiquement" à la suite des révélations du Canard enchaîné sur de présumés emplois fictifs de sa femme.

Jeudi dernier, lors d'une réunion publique du candidat LR à Poitiers, la foule du Palais des congrès a conspué les journalistes présents, emmenée par un autre ex-premier ministre, Jean-Pierre Raffarin.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, avait appelé dimanche François Fillon et ses soutiens à "se ressaisir" et "cesser ce +spectacle+ indigne d'une démocratie", à la suite des attaques du candidat LR contre les médias.

Reporters sans frontières s'est inquiété pour sa part lundi des "attaques ciblées" contre les journalistes de la part de responsables politiques français et a déploré dans un communiqué un "climat nauséabond".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Audrey Azoulay juge “irresponsables” les attaques contre les journalistes
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le