Aurore Bergé regrette la « radicalisation » des Républicains

Aurore Bergé regrette la « radicalisation » des Républicains

Au lendemain du conseil national des LR, la députée LREM critique Laurent Wauquiez coupable de ne pas vouloir « ouvrir la droite. » Invitée de Territoires d’Infos, elle s’émeut de voir l’aile centriste de son ancienne formation malmenée.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les huées et les sifflets qui ont accompagné le discours de Valérie Pécresse samedi au Conseil national des Républicains donnent le ton. Des sifflets qui rappellent ceux essuyés par Alain Juppé, aujourd’hui en retrait du parti. Invitée de Territoires d’Infos ce lundi, la députée LREM (ex-LR) regrette cette « évolution », « ce n’est pas bon pour la démocratie d’avoir une radicalisation », affirme-t-elle. La refondation des LR après la défaite à la présidentielle se fera sur une ligne plus à droite et Laurent Wauquiez ne laissera « plus les petites chapelles et les querelles d’égos affaiblir (sa) famille politique », comme il l’a exprimé à la tribune samedi.  

« Laurent Wauquiez est la résultante d’un rétrécissement progressif de la droite »

Une situation «logique au regard de celui qui dirige aujourd’hui le parti », selon Aurore Bergé qui estime que « Laurent Wauquiez est la résultante d’un rétrécissement progressif de la droite », elle relève que ce dernier « l’exprime de manière très claire, il ne veut pas ouvrir la droite, il ne veut même pas l’ouvrir à ceux qui étaient ses concurrents lors de l’élection interne. » Et la députée en veut pour preuve les critiques exprimées au sein du parti.

Lire aussi. Sifflets, tensions: un conseil national LR mouvementé

« Ceux qui parlent le mieux de Laurent Wauquiez, c’est ceux qui sont encore au sein des Républicains et qui disent que finalement Laurent Wauquiez a réussi le rassemblement de ceux qui pensent la même chose que lui. » Candidats à la  présidence des Républicains, Maël de Calan et Florence Portelli se sentent lésés dans la nouvelle composition des instances du parti et le font savoir. « Laurent Wauquiez est le premier président stalinien d'un parti de droite », taclait Florence Portelli jeudi dernier

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le