« Avec l’UDI, ça a toujours été « Je t’aime moi non plus » » estime Karoutchi

« Avec l’UDI, ça a toujours été « Je t’aime moi non plus » » estime Karoutchi

Au micro de « Sénat 360 », le sénateur (LR) des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi, a réagi en balayant les craintes de ceux qui ont peur d’un rapprochement avec le FN, suite à l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti. Il a également répondu au président de l’UDI qui ne souhaite plus d’alliance avec les LR.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Laurent Wauquiez vient d’être élu, sans surprise, président du parti (LR), dimanche 10 décembre et des voix à droite s’élèvent pour s’inquiéter des dangers d’un éventuel rapprochement avec le Front National. Interrogé sur ce sujet, le sénateur (LR) des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi ne voit pas d’inquiétude à avoir :« La ligne rouge (…) à savoir pas de liens, pas de discussions, pas de rapprochement, avec le Front national, Laurent Wauquiez l’a dit lui-même à plusieurs reprises. Donc  je ne vois pas pourquoi il faut le redire et puis le redire (…) Oui, nous nous exprimons sur des sujets régaliens forts mais nous n’avons pas le même discours, pas la même position. »

Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI avait annoncé, avant même l’élection de Laurent Wauquiez, que si celui-ci l’emportait, « il n’y aura[it] plus d’alliance » LR-UDI. Pas de quoi non plus impressionner le sénateur des Hauts-de-Seine, qui s’agace tout de même un peu :

« Avec l’UDI, ça a toujours été « Je t’aime moi non plus » (…) Nous ne nous sommes pas mêlés des élections internes à l’UDI. Je propose à l’UDI de ne pas se mêler des élections internes aux Républicains et de faire en sorte qu’ensuite on bâtisse des projets communs de parti à parti. Et non pas sur des affinités personnelles, cela n’a pas de sens. Je pense que Jean-Christophe Lagarde aurait pu se garder justement de ce genre de déclaration ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le