Avec Macron, le centre rayonne à nouveau selon Bayrou

Avec Macron, le centre rayonne à nouveau selon Bayrou

Invité de l’émission « L’épreuve de vérité », François Bayrou, président du MoDem et soutien d’Emmanuel Macron, a souligné le retour du centre au sein de la vie politique au moment où le PS et LR sont « usés ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le président du MoDem, François Bayrou, est satisfait. Après des mois difficiles, son alliance avec Emmanuel Macron semble l’avoir remis en selle politiquement et il s’en réjouit : « Mes choix ont fait que les deux partis principaux ont eu le monopole des sièges et qu’ils ont tout fait pour essayer de faire disparaître le centre indépendant et libre de la vie politique (…) et voilà qu’aujourd’hui, par un retournement des choses, le centre est de nouveau le lieu rayonnant de la vie politique française ». « J’ai pris tous les risques, depuis des années, pour que se réalise ce projet d’une majorité centrale » ajoute-t-il peu après.

Alors que François Fillon désigne Emmanuel Macron comme le « Dauphin » de François Hollande, le président du MoDem balaie cette accusation : « La preuve en a été apportée par le fait qu’il est sorti du gouvernement. Personne d’autre n’a fait ce choix de rompre avec l’équipe à laquelle il appartenait ».

Pour François Bayrou, le candidat d’En marche ! est « le seul candidat aujourd’hui qui obtient des soutiens, des ralliements » : « La promesse que porte Emmanuel Macron, c’est une promesse de renouveau. C’est qu’on sorte de l’usure dans laquelle on est enfermé ».

 Et quand on lui demande si Emmanuel Macron a l’étoffe et l’expérience pour être président, François Bayrou s’agace : « Vous faites toujours allusion à sa jeunesse…il va être élu à l’âge où John Kennedy a été élu, à deux ou trois ans près (…). Il y a des moments dans l’histoire des peuples où les choses sont tellement décomposées qu’on a besoin de jeunesse ».

Pour le président du MoDem, « cette campagne électorale est « absolument révélatrice » du « caractère décomposée de la vie politique française » : « Il y a 15 ans qu’on voit se préparer ce phénomène de décomposition avancée. Il est temps d’arracher le pouvoir à ces deux organismes politiques, le PS et LR, qui sont des organismes politiques usés dont les pratiques, les méthodes, le sectarisme, empêchent que la France avance ».

Face aux accusations de François Fillon concernant l’existence d’un cabinet noir piloté par François Hollande, le maire de Pau affirme : « Moi qui ait un peu de mémoire, des cabinets noirs j’en ai vus à d‘autres époques dans les décennies passées de la vie politique française (…) je n’ai pas le sentiment qu’aujourd’hui on soit dans cette situation ». Et d’ajouter, à propos de possibles écoutes illicites, « Si je suis écouté, je m’en fiche ».

François Bayrou :"« Le gouvernement ne peut pas se contenter d’observer de l’extérieur ce qui se passe en Guyane"
02:28

Interrogé également sur la situation en Guyane, François Bayrou a clairement dit qu’il était « nécessaire que le gouvernement prenne ses responsabilités » : « Le gouvernement ne peut pas se contenter d’observer de l’extérieur ce qui se passe en Guyane. Il y a des ministres (….) leur place est sur le terrain ». Il a rappelé qu’il y a 20 ans, alors qu’il était lui-même ministre de l’éducation,  il a connu une situation semblable : « J’ai pris l’avion, je suis parti et les décisions nécessaires ont été prises. Cela a réglé la question ».  

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le