Baroin: “la question du parti se posera après l’été”

Baroin: “la question du parti se posera après l’été”

Le chef de file LR pour les législatives François Baroin a critiqué mardi, à demi-mots, les candidats LR qui ont fait une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le chef de file LR pour les législatives François Baroin a critiqué mardi, à demi-mots, les candidats LR qui ont fait une campagne pro-Macron, et affirmé que la question de l'avenir de son parti "se posera après l'été".

"Je ne fais pas mienne la phrase de Jules Renard +Je ne dis rien et je n'en pense pas plus+. J'en pense plus, mais je ne le dirai pas", a-t-il dit, alors qu'il était interrogé, à l'antenne d'Europe 1, sur les candidats LR aux législatives ayant affiché leur soutien au gouvernement d'Emmanuel Macron (République en marche) et d'Edouard Philippe (issu de LR) pendant la campagne.

"Je vous rejoins parfaitement", a-t-il cependant répondu au journaliste qui faisait un lien avec le faible score du parti Les Républicains aux législatives.

"Si on m'a demandé à l'unanimité de (...) conduire (la campagne LR pour les législatives, ndlr), c'est peut-être parce que je suis le dernier à être en situation d'essayer de rassembler toutes les sensibilités de la famille, donc je ne dirai rien sur le positionnement des uns et des autres", a-t-il jugé.

Malgré les résultats "pas satisfaisants" de LR au premier tour, il a réaffiché sa volonté de se battre "comme un lion" d'ici le second tour "pour mettre en lumière les différences qui existent entre En marche et nous".

"La question du parti (LR, ndlr) se posera après l'été", a-t-il aussi affirmé dans un entretien mardi dans le Figaro. Quant au "débat" sur les différentes lignes LR, il "se tiendra au lendemain du 18 juin et dans les prochains mois".

"Il faudra tirer toute une série de leçons au lendemain du second tour des législatives. Il y aura, naturellement, beaucoup à dire", selon lui.

"Il y a six mois nous avions des projections avec 400 ou 450 députés en notre faveur. Il s'est donc bien passé quelque chose", a-t-il ajouté, "mais le temps n'est pas encore venu d'exprimer publiquement les leçons que chacun en tire".

LR estime que le nombre de députés de droite élus (y compris les UDI) sera compris dans une fourchette de 70 à 110.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le