Bayrou, allié à Macron: si Juppé est candidat, “je ne change pas de position”

Bayrou, allié à Macron: si Juppé est candidat, “je ne change pas de position”

Le président du MoDem, François Bayrou, allié au candidat présidentiel d'En Marche Emmanuel Macron, a affirmé vendredi qu'il "ne...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président du MoDem, François Bayrou, allié au candidat présidentiel d'En Marche Emmanuel Macron, a affirmé vendredi qu'il "ne changera pas de position" si jamais Alain Juppé, qu'il avait soutenu lors de la primaire de la droite et du centre, devenait candidat à la place de François Fillon.

Alain Juppé, "c'est quelqu'un que j'estime, que j'aime, que j'ai soutenu et attendu", a déclaré François Bayrou dans l'émission "Dimanche en Politique" de France 3 Aquitaine, enregistrée vendredi pour diffusion dimanche. "Pour autant, je ne change pas de position, a-t-il affirmé. Je ne reviendrai pas en arrière sur ce sujet, naturellement", a-t-il ajouté. "Moi j'ai de la stabilité dans les choix que je fais".

Le dirigeant centriste s'est d'ailleurs dit "pas certain que cette situation (ndlr: une candidature Juppé) intervienne. Je ne suis pas certain que cette situation se fasse sans problème". A ce stade de la campagne, a-t-il estimé, "les changements sont très difficiles à apporter et seraient générateurs d'un certain nombre de vagues".

"Il y a aujourd'hui une offre politique nouvelle en France", a poursuivi François Bayrou pour expliquer son soutien au candidat d'En Marche. "Cette offre politique est née à partir du moment où Emmanuel Macron a marqué des points sur un terrain que je connais bien parce que je l'ai défriché pendant longtemps. Le fait que nous ayons noué une alliance l'a fait décoller dans les sondages de manière spectaculaire".

Interrogé sur l'hypothèse d'un duel de second tour entre Alain Juppé et Emmanuel Macron, comme un sondage vendredi l'a suggéré si le maire de Bordeaux venait à être candidat, François Bayrou a considéré que "cela ferait un deuxième tour intéressant".

Le maire de Pau, candidat à trois reprises à l'élection présidentielle, avait la semaine dernière renoncé à se présenter de nouveau et officialisé son soutien au candidat d'En Marche, déclarant qu'il allait "tout faire pour aider" Emmanuel Macron dans sa campagne.

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Bayrou, allié à Macron: si Juppé est candidat, “je ne change pas de position”
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le