« Bayrou croit qu’il est l’une des grandes raisons de la victoire de Macron »

« Bayrou croit qu’il est l’une des grandes raisons de la victoire de Macron »

Le journaliste Alexandre Vatimbella, spécialiste du centrisme, analyse l’imbroglio entre le MoDem et la République en Marche autour des investitures aux législatives. Pour lui, François Bayrou n’est pas en position de force.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les images de février où François Bayrou et Emmanuel Macron s’affichaient ensemble tout sourire, heureux de leur « alliance » qu’ils venaient de sceller, semblent bien lointaines. L’imbroglio est né autour de la répartition des circonscriptions aux législatives entre les deux formations politiques. Le MoDem s’estime insuffisamment représenté, avec seulement 35 circonscriptions gagnables, loin des 113 revendiquées dans les négociations.

Cette situation témoigne de deux exigences différentes, selon le journaliste Alexandre Vatimbella, à la tête du Centre d'étude et de recherche du Centrisme :

« Du côté de François Bayrou, il y a l’idée qu’il devait être très bien servi parce qu’il avait aidé Emmanuel Macron à gagner. Il croit qu’il est une des grandes raisons de la victoire de Macron. En même temps, il s’aperçoit qu’il n’a pas été au centre de la campagne et que, quelque part, il ne sera pas Premier ministre. Il a tout remisé sur l’Assemblée nationale. »

Pour le directeur du Crec, le président du MoDem surestimerait son rôle dans la victoire du 7 mai. « Il n’est pas un personnage central dans la victoire d’Emmanuel Macron, même si effectivement son alliance lui a apporté quelques pourcentages, mais ce n’est pas lui le grand organisateur de la victoire. Il estime qu’il est un personnage central de la vie politique et qu’il est capable de faire roi quelqu’un, il exagère un peu. »

En face, les cadres la République En Marche, comme Richard Ferrand ou Arnaud Leroy ce matin, répètent qu’il n' a jamais été question d’un « accord d’appareil », ce que conteste le MoDem.

« Pour Bayrou, cela l’enterre définitivement s’il s’en va en claquant la porte »

« Pour Emmanuel Macron, François Bayrou représente l’ancienne classe politique, celle qu’il faut chasser du pouvoir, mais il ne peut pas fermer la porte à tout le monde car il en a besoin. Le rassemblement se traduira à Matignon, avec une personne du monde politique connue, mais manifestement, ce ne sera pas Bayrou. Pour la République en Marche, le maître mot c’est le renouveau. Et pour le décrocher : c’est à l’Assemblée nationale », explique Alexandre Vatimbella.

Le journaliste rappelle que le maire de Pau est peu apprécié à gauche et à droite, où beaucoup le perçoivent comme l’un des responsables de la défaite d’Alain Juppé à la primaire.

« Il va bien falloir trouver une entente. Pour Bayrou, cela l’enterre définitivement s’il s’en va en claquant la porte. Je ne vois pas d’autre issue pour lui que d’être dans la majorité présidentielle. »

Si l’hypothèse d’un accord entre les deux partis, rectifiant le tir après la publication de la liste des candidats, semble la plus probable aux yeux d’Alexandre Vatimbella, la piste d’un calcul n’est pas écartée :

« Il y a aussi la possibilité qu’Emmanuel Macron joue la carte du renouvellement plutôt que le rassemblement, jusqu’à aller au clash avec François Bayrou. Peut-être ne veut-il pas s’embarrasser d’un Bayrou trop embarrassant de part son histoire politique. »

Réponse dans les prochains jours  avec la nomination du gouvernement et des 150 derniers candidats de la République en Marche.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le