Bayrou “dans une situation flagrante de conflit d’intérêt”, selon Fenech

Bayrou “dans une situation flagrante de conflit d’intérêt”, selon Fenech

Georges Fenech, député LR du Rhône, a estimé vendredi que le garde des Sceaux et président du MoDem François Bayrou se retrouvait...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Georges Fenech, député LR du Rhône, a estimé vendredi que le garde des Sceaux et président du MoDem François Bayrou se retrouvait "dans une situation flagrante de conflit d'intérêt" dans l'enquête préliminaire visant les emplois d'assistants parlementaires d'eurodéputés de son parti.

"En sa qualité de garde des Sceaux, chef ultime du procureur de Paris, François Bayrou se retrouve destinataire de tous les éléments synthétiques d'enquête qui le visent personnellement et, par voie de conséquence, en mesure d'allumer des contre-feux pour échapper à sa responsabilité personnelle et politique", a dénoncé le secrétaire national de Les Républicains dans un communiqué.

Ancien magistrat, il demande par ailleurs au ministre de la Justice de "prendre toutes mesures pour se mettre en retrait de ses fonctions ministérielles s'agissant de l'enquête visant son propre parti", alors que mercredi, un ex-collaborateur du MoDem a dénoncé dans un signalement à la justice la réalité de son emploi comme assistant parlementaire d'un ancien eurodéputé de ce parti, Jean-Luc Bennahmias.

Le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, estime que "l'exécutif ne peut continuer à se réfugier dans une ambigüité coupable".

"Emmanuel Macron et Edouard Philippe doivent cesser de se réfugier dans une ambiguïté coupable, qui s’apparente de plus en plus à un mode de fonctionnement propre à En Marche, alors que ces affaires parasitent le débat démocratique à quelques jours d’élections législatives cruciales pour l’avenir de notre pays", estime-t-il dans un communiqué.

M. Accoyer avait affirmé jeudi soir que la question de "la mise en retrait" de François Bayrou, ainsi que celles de Marielle de Sarnez et Richard Ferrand, "devrait être abordée en toute transparence".

Vendredi, le Premier ministre Edouard Philippe a estimé qu'il "ne cro[yait] pas" que la position de François Bayrou "soit fragilisée", réaffirmant sur Europe 1 avoir "fixé des règles s'agissant de la participation des ministres au gouvernement", à savoir qu'une mise en examen d'un ministre conduirait à la démission de celui-ci.

"Je ne vais pas commenter les révélations et les lettres de dénonciations formulées ici et là", a écarté le Premier ministre.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le