Bayrou demande à Fillon, qui argue de sa chrétienté, d’arrêter sa “dérive”

Bayrou demande à Fillon, qui argue de sa chrétienté, d’arrêter sa “dérive”

François Bayrou, patron du MoDem qui réserve sa réponse sur une candidature à la présidentielle, a demandé mercredi à François...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

François Bayrou, patron du MoDem qui réserve sa réponse sur une candidature à la présidentielle, a demandé mercredi à François Fillon de "mettre un terme" à sa "dérive", le candidat de la droite ayant la veille notamment argué de sa chrétienté pour expliquer certains choix politiques.

"On parlait de la Sécu si j'ai bien compris, et (Fillon) dit : +Je peux pas porter atteinte à la Sécu parce que je suis chrétien ?+. Qu'est-ce que ça a à voir ?" s'est interrogé l'ancien ministre sur iTELE.

"Je suis croyant hein, je vais pas m'offusquer d'un mouvement de foi, mais comment peut-on arriver à mélanger la politique et la religion à ce point, de cette manière déplacée ?", a souligné le maire de Pau, en insistant: "Le principe de la France, c'est qu'on ne mélange pas la religion et la politique, on considère que les choix politiques sont différents ou indépendants des choix de la religion".

"Je connais François Fillon depuis longtemps, je ne l'ai jamais vu faire de déclarations de cet ordre. Ça doit être lié aux élections d'une manière ou d'une autre, à ce qu'on croit être un corps électoral, et je me refuse à regarder les croyants comme un corps électoral, les athées comme un corps électoral, les agnostiques comme un corps électoral, je ne comprends pas qu'on se laisse aller à ce type de dérive-là, je trouve qu'il faut mettre un terme à ces mélanges déplacés", a appelé encore M. Bayrou.

"On a l'impression qu'on en est à un point, en raison d'un certain nombre de dérives, où on considère que tout doit être l'objet d'une instrumentalisation politique", a-t-il encore demandé.

"Ce sont deux domaines que nous avons séparés depuis plus d'un siècle, c'est le principe de la laïcité française", a insisté M. Bayrou.

M. Bayrou a répété une nouvelle fois qu'il avait "décidé de prendre le temps de cette décision, d'avoir mon propre rythme" sur le choix d'une candidature à la présidentielle, mettant en cause le "bazar incroyable, sans précédent" des ambitions présidentielles. "Je préfère attendre que les choses se décantent".

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, s'est dit mardi soir sur TF1 "gaulliste" et "chrétien", raisons pour lesquelles il ne "prendra jamais de décision contraire à la dignité humaine" alors que ses adversaires taxent son programme de "brutal".

Dans la même thématique

Bayrou demande à Fillon, qui argue de sa chrétienté, d’arrêter sa “dérive”
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le