Bayrou “espère des évolutions” dans le programme de Fillon

Bayrou “espère des évolutions” dans le programme de Fillon

François Bayrou, président du MoDem, a dit dimanche "espérer des évolutions" dans le programme "récessif" de François Fillon,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Bayrou, président du MoDem, a dit dimanche "espérer des évolutions" dans le programme "récessif" de François Fillon, dont plusieurs volets sont contestés jusque dans son propre camp, notamment ce qui concerne la sécurité sociale.

"Pour l'instant, le projet est un projet que je considère comme risqué pour l'unité de la société française et son redressement", a fait valoir le dirigeant centriste sur BFM TV.

"Je ne suis pas le seul" à émettre ces doutes, a-t-il ajouté, relevant qu'"y compris dans le camp de François Fillon, des gens le disent mezza voce". "C'est important de voir s'il y a des évolutions possibles", a expliqué M. Bayrou, qui a dit "espérer" ces évolutions.

M. Bayrou, candidat à trois reprises à l'élection présidentielle, dira début 2017 s'il est à nouveau candidat. "Nous sommes devant le plus étonnant bazar politique qu'on ait vu depuis très, très longtemps, il faut que tout cela se décante", a-t-il expliqué.

M. Fillon a pris comme modèle l'ancienne dirigeante britannique Margaret Thatcher. "Thatcher, c'est une politique massivement déflationniste, de ralentissement de l'activité", a souligné M. Bayrou.

"Ma crainte, c'est qu'il (le programme de M. Fillon) soit récessif, qu'il fasse baisser l'activité au lieu de faire monter l'activité", a expliqué M. Bayrou.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le