Bayrou “persuadé” que Macron “fera” un projet social

Bayrou “persuadé” que Macron “fera” un projet social

François Bayrou, ex-garde des Sceaux d'Emmanuel Macron, s'est dit jeudi "persuadé" que le président de la République "fera" le ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Bayrou, ex-garde des Sceaux d'Emmanuel Macron, s'est dit jeudi "persuadé" que le président de la République "fera" le "projet social" que le maire de Pau avait appelé de ses vœux fin septembre.

La France "a besoin d'un projet social et il revient au président de la République d'exprimer ce projet social et je suis persuadé qu'il le fera", a-t-il déclaré lors de l'émission "Questions d'info" LCP-franceinfo-Le Monde-AFP.

"Le projet social doit être pensé, exprimé, défendu parce que le contrat social antérieur, les règles sociales antérieures, ont montré leur échec", a ajouté le président du MoDem.

"Il y a, dans la société française, des millions de personnes qui ne se sentent pas encore partie prenante de l'élan que nous évoquons (...) Cette fracture, elle dure depuis longtemps. Chirac et Séguin parlaient de fracture sociale" dès 1995, a-t-il pointé en appelant à "fédérer" les Français.

M. Bayrou plaide depuis plusieurs mois pour un tel projet. Il avait même exhorté en septembre le président de la République à bien marcher sur ses "deux jambes", l'économique et le social.

Interrogé sur la politique économique du gouvernement, il a rappelé son opposition au remplacement de l'ISF par un simple impôt sur la fortune immobilière.

Le maire de Pau a tout de même jugé que "la première marche de cette politique sociale est réussie car c'est la politique éducative et je soutiens ce que" le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel "Blanquer fait".

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le