Bayrou “sous pression”, Macron appelé à trancher par la presse

Bayrou “sous pression”, Macron appelé à trancher par la presse

Les soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur le MoDem de François Bayrou mettent "la pression" sur le garde des Sceaux et...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Les soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur le MoDem de François Bayrou mettent "la pression" sur le garde des Sceaux et rejaillissent sur Emmanuel Macron qui va devoir trancher "sous la contrainte", souligne la presse mercredi.

Les accusations pesant sur des collaborateurs payés par le Parlement européen mais soupçonnés de travailler pour le parti centriste sont à l'origine du départ de la ministre des Armées Sylvie Goulard, qui fut adhérente du MoDem et qui a dit quitter le gouvernement afin de se défendre.

Le Parisien évoque "un redoutable piège qui se referme sur François Bayrou". "En acceptant la démission de Sylvie Goulard, Emmanuel Macron a mis implicitement le garde des Sceaux au pied du mur", explique le quotidien qui titre : "François Bayrou sous pression".

Guillaume Tabard confirme dans Le Figaro que "la démission surprise de Sylvie Goulard oblige (Emmanuel Macron) à agir sous la contrainte. Et à se poser la question globale de la présence du MoDem au gouvernement".

D'autant que le garde des Sceaux "doit aussi, dans cette atmosphère un peu trouble, défendre un projet de loi sur la moralisation de la vie publique", explique Laurent Joffrin dans Libération.

Le remaniement annoncé pour mercredi, qui devait être initialement purement "technique" après les élections législatives, revêt dès lors une dimension très politique que soulignent les éditorialistes.

Certes, "depuis qu'Emmanuel Macron a obtenu la majorité absolue pour ses marcheurs, François Bayrou n'est plus l'homme clé, il est sur un siège éjectable", souligne Bernard Stéphan de La Montagne.

Mais "peut-on se séparer de Bayrou sans en faire un adversaire politique, maintenant qu’il s’apprête à disposer d’un coquet groupe à l’Assemblée ? C’est tout l’enjeu", se demande Cécile Cornudet dans Les Echos.

- 'Le poison des affaires' -

"C’est dire si la pression autour du MoDem et de François Bayrou brouille jusqu’à +faire désordre+ la loi fondatrice de moralisation de la vie publique", commente Rémi Godeau dans L'Opinion.

Pour La Croix et son éditorialiste Guillaume Goubert, François Bayrou est "fragilisé, alors qu’il est le promoteur d’une loi visant à mettre fin aux mauvaises pratiques qui affectent la vie publique".

"Après avoir fait campagne sur le renouvellement et la moralisation des anciennes pratiques, les membres du gouvernement d’Édouard Philippe se doivent d'être, comme la femme de César, insoupçonnables et cela vaut pour Bayrou et Sarnez comme pour les autres", insiste Jean-Marcel Bouguereau dans le quotidien palois La République des Pyrénées.

"Le nouveau président doit au plus vite éloigner le poison des affaires, s’il ne veut pas ternir un début de mandat dont l’expérience a montré combien il est déterminant pour la suite du quinquennat", fait valoir Bruno Dive dans Sud-Ouest.

"Le président +jupitérien+ osera-t-il faire tomber la foudre sur un allié devenu très gênant ?", s'interroge Hervé Favre dans La Voix du Nord.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le