Benalla, Crase, Strzoda visés par une enquête pour « faux témoignages »

Benalla, Crase, Strzoda visés par une enquête pour « faux témoignages »

Après la décision du Bureau du Sénat, fin mars, de transmettre à la justice les témoignages faits sous serment de plusieurs collaborateurs de l’Élysée, le parquet de Paris a ouvert deux enquêtes préliminaires, dont une pour « faux témoignages ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La saisine du parquet par le Bureau du Sénat le 21 mars dernier avait été perçue comme un casus belli par l’exécutif et une partie de la majorité présidentielle (voir notre article). Si les déclarations faites par deux fois sous serment d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase, devant la commission d’enquête du Sénat, laissaient peu de doutes aux sénateurs quant à leurs caractères délictuels (faux témoignages), les cas d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, de Patrick Strzoda directeur de cabinet de l’Élysée et du général, Lionel Lavergne patron du GSPR, avaient divisé les parlementaires (voir notre article) 

À l’image du président du groupe centriste du Sénat, Hervé Marseille, qui considérait que la mise en responsabilité d’un certain nombre d’autres responsables n’était pas indispensable, ni justifiée ». Une référence à la décision du bureau du Sénat de saisir le ministère public » concernant des déclarations du directeur de cabinet du président Macron, Patrick Strzoda, du secrétaire général de la présidence de la République, Alexis Kohler, et du chef du groupe de sécurité de la présidence de la République, le général Lionel Lavergne. Après auditions de « plusieurs collaborateurs du président de la République », la commission d’enquête avait en effet « mis au jour dans leurs déclarations un certain nombre d'omissions, d'incohérences et de contradictions » de leur part.

Dans un communiqué diffusé lundi, le parquet de Paris informe avoir ouvert deux enquêtes préliminaires. La première porte sur des soupçons de faux témoignages d’Alexandre Benalla, de Vincent Crase et de Patrick Strzoda. L’enquête a été confiée à la brigade de la délinquance contre la personne (BRDP).

Une seconde enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). Alexandre Benalla est, en effet, soupçonné d’avoir manqué à ses obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

En ce qui concerne les cas d’Alexis Kohler et du général Lionel Lavergne, le parquet de Paris évoque « la perspective d’éventuelles investigations complémentaires et suites judiciaires ».

Enfin, en ce qui concerne les conditions ayant permis à Alexandre Benalla d’utiliser jusqu’en décembre dernier ses passeports diplomatiques, qu’il était censé avoir rendu au moment de son licenciement de l’Élysée en juillet, Alexis Kohler et Patrick Strzoda seront entendus en tant que témoins par les juges mercredi. Ayant déposé plainte contre Alexandre Benalla, « pour usage de faux », François-Xavier Lauch, sera lui entendu en tant que partie civile.

 

Dans la même thématique

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le