Berger répond à Mélenchon : « Qu’il ne nous donne pas de leçon »

Berger répond à Mélenchon : « Qu’il ne nous donne pas de leçon »

Sur le plateau de l’Épreuve de vérité, Le secrétaire général de la CFDT a voulu répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui avait indiqué le mois dernier que l’échec de la mobilisation contre les ordonnances était la conséquence de la « division syndicale ».
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est la première fois que je réponds. » Dans l’Épreuve de vérité, sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique, le secrétaire général de la CFDT a envoyé un message à Jean-Luc Mélenchon.

Dans une interview au Parisien le 24 novembre, le leader de la France insoumise affirmait que le manque de mobilisation dans la rue contre les ordonnances réformant le Code du Travail était, pour partie, la faute de la « division syndicale ».

« Au bout d’un moment, il faut stopper »

« Ni choqué, ni agacé », cette remarque qui ne passe pas vraiment pour Laurent Berger, qui n’avait pas pris part aux cortèges :

« Je ne me mêle pas de politique, alors que M. Mélenchon ne se mêle pas de syndicat. Je ne vois pas en quoi il pourrait s’autoproclamer porte-parole des travailleurs. Pas plus lui que n’importe lequel. »

« Au bout d’un moment, il faut stopper. Qu’il ne nous donne pas de leçon. En tout cas, ça n’aura pas beaucoup d’effets », enfonce le responsable syndical.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le