Bernard Cazeneuve raconte ses 150 jours à Matignon

Bernard Cazeneuve raconte ses 150 jours à Matignon

Chaque jour compte - 150 jours sous tension à Matignon, c’est le titre de l’ouvrage de Bernard Cazeneuve. Des souvenirs compilés jours après jours alors qu’il était Premier ministre. Invité dans Bibliothèque Médicis, il revient à travers ces quelques lignes sur les raisons de la défaite de François Hollande, évoque ces frondeurs qui ont divisé la gauche et son point de vue sur la présidence d’Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Priscillia Abereko

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

L’échec de François Hollande

En décembre 2016, Bernard  Cazeneuve est nommé Premier ministre. Une décision présidentielle qui ne se refuse pas, bien qu'il estime « n’avoir rien fait pour avoir ces responsabilités ». Pour l’ancien Premier ministre, « ceux qui restaient aux côtés de François Hollande à ce moment-là, savaient puisqu’il avait décidé de ne pas se présenter à l’élection présidentielle, qu’en restant avec lui jusqu’au bout dans la loyauté,  ils se condamnaient ». Une inquiétude qui n'a pas empêché Bernard Cazeneuve d'être aux côtés de François Hollande.

Interrogé sur les divisions au sein du Parti socialiste à la fin du quinquennat, l'ancien Premier ministre est surtout revenu sur les primaires perçues par Bernard Cazeneuve comme une anomalie. « J’ai je l'ai dit au Président Hollande. Je ne comprenais pas pourquoi on organisait des primaires alors qu’il était sortant » avoue-t-il. Un choix que regrette amèrement l’ancien Premier ministre et qui a favorisé selon lui l’émergence d'opposants, soucieux de se frayer leur propre chemin. Pour Bernard Cazeneuve, François Hollande aurait dû réagir.  L’ancien premier ministre regrette ce manque de fermeté dont à fait preuve François Hollande. À l’encontre d’Emmanuel Macron, notamment, l’ancien Premier ministre fustige « On n’organise pas une réunion publique le 14 juillet, le jour où le Président de la République doit faire sa déclaration devant les Français. Ça, ce n’est pas possible ».

Au final Bernard Cazeneuve, juge trop sévères les critiques faites sur la gestion de François Hollande. « Le regard porté sur cette période n’est pas un regard juste : parce que nous avons, sur le plan des comptes publics, procédé à la diminution des déficits et rétabli les conditions de la croissance mais également celles des marges des entreprises ».

À propos de Jean-Luc Mélenchon : il n'est pas « un rouge épris de romantisme, mais d’avantage comme un pur populiste, prompt à toutes les mises en cause y compris par le truchement de la violence »

Jean-Luc Mélenchon dans le collimateur

Dans son ouvrage, Bernard Cazeneuve dresse le portrait de ses ex-collègues, tantôt léger, tantôt virulent. Mais les piques les plus dures sont adressées à Jean-Luc Mélenchon. Des propos mérités selon Bernard Cazeneuve, qui dans son livre n'hésite pas à dire qu'il n’a jamais considéré le leader de la France Insoumise comme « un rouge épris de romantisme, mais d’avantage comme un pur populiste, prompt à toutes les mises en cause y compris par le truchement de la violence ». Une querelle qui remonte aux élections législatives lorsque Jean-Luc Mélenchon évoque Bernard Cazeneuve comme étant l’homme qui aurait assassiné Rémi Fraisse. Des accusations infondées pour Bernard Cazeneuve, qui n’hésite pas à remettre en cause l’étiquette politique de Jean-Luc Mélenchon : « Quand on est à gauche et qu’on se bat parce qu’on est indigné, qu’on recherche la vérité, on ne fait pas ce que Jean-Luc Mélenchon a fait, mais plutôt ce que Zola a fait (...) avec J’Accuse. On est dans la mise en cause mensongère (...) avec une volonté d'atteindre l'autre. C’est le contraire de la gauche, la vraie gauche, la gauche humaniste, s’interdit ce genre de propos ». La retenue serait une vertu en politique.

Bernard Cazeneuve "Jean-Luc Mélenchon préconise le dégagisme pour les autres pour pouvoir rester seul au milieu de la scène à continuer à proférer des outrances"
02:47
  •  

La présidence d’Emmanuel Macron

Au sujet d’Emmanuel Macron, l’ancien Premier ministre est plus nuancé. Très vite, il admet avoir senti que l’actuel Président de la République pouvait le devenir. Au fil des années, une relation de confiance et de sincérité s’est construite entre les deux hommes. Aujourd’hui, il n’hésite pas à relever les défauts d’Emmanuel Macron. Un président qui s’exprime beaucoup, trop peut-être pour un président. Face aux critiques contre l’actuel Président, qualifié de « Président des riches », Bernard Cazeneuve répond que « sur le plan de la politique fiscale, il y a des injustices qui se préparent ». Malgré tout, Bernard Cazeneuve reconnaît « Emmanuel Macron à une volonté de moderniser l’économie française et ça… c’est une bonne chose ».

Bernard Cazeneuve "Je ne souhaite pas du tout l'échec d'Emmanuel Macron"
00:43

Sur le PS : c'est « une tristesse de ce qui est advenu de notre famille politique et  j'ai la conviction que cela doit et va renaître ».

150 jours, et après ?

Après avoir passé 150 jours à Matignon, Bernard Cazeneuve déclare : «  c’est une fierté d’avoir servi son pays, une tristesse de ce qui est advenu de notre famille politique et  j'ai la conviction que cela doit et va renaître ». Aujourd’hui avocat, il n’exclut pas l’idée de participer à la reconstruction de la gauche avec cette nouvelle génération et prépare actuellement la sortie de son deuxième livre, dédié cette fois, à la lutte contre le terrorisme.

 

Bibliographie :

  • Chaque jour compte - 150 jours sous tension à Matignon, de Bernard Cazeneuve, éd Stock.

 

Retrouvez l'intégralité de l'émission présentée par Jean-Pierre Elkabbach, vendredi à 22h.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le