Besancenot (NPA) voit venir “une grande recomposition à gauche”

Besancenot (NPA) voit venir “une grande recomposition à gauche”

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, a estimé lundi que la France se dirigeait vers "une grande recomposition politique à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, a estimé lundi que la France se dirigeait vers "une grande recomposition politique à gauche", avec un pôle "libéral", un pôle social-démocrate, et un pôle réunissant politiques, militants et citoyens.

"On va vers une grande recomposition politique à gauche, je crois qu'il y a trois pôles, clairement assumés, qui vont se dessiner", a déclaré M. Besancenot à l'antenne de franceinfo.

"On va avoir un pôle libéral complètement assumé autour de Macron (...), il y aura un pôle qui va vouloir refaire la social-démocratie un peu à l'ancienne avec peut-être une compétition entre Hamon et Mélenchon", a d'abord analysé l'ancien candidat à l'élection présidentielle, soutien de Philippe Poutou (NPA) pour 2017.

"Et puis il y a un troisième pôle, qui est celui qui moi m'intéresse, dont on se sent beaucoup orphelin aujourd'hui dans des organisations politiques y compris du PC, du PG (Parti de gauche), chez Lutte ouvrière, chez des libertaires, chez des syndicalistes, chez des militants de quartier, (...) chez des gens sans parti qui ont participé par exemple à la mobilisation contre la loi Travail", a-t-il énuméré.

Jugeant qu'une crise de la représentation politique allait probablement se poursuivre au-delà de 2017, M. Besancenot a appelé à des "solutions stratégiques pour que le pouvoir devienne partagé", évoquant notamment la "+déprofessionalisation de la politique+, notamment par l'instauration d'une rotation stricte des mandats: on fait deux mandats au cours de sa vie et ensuite on retourne au boulot", a-t-il expliqué.

Autre mesure évoquée: le plafonnement de la rémunération des élus "à la hauteur du salaire moyen de la majorité de la population".

Enfin, concernant la candidature de Philippe Poutou, M. Besancenot a évoqué la lutte de son candidat pour réunir les parrainages nécessaires.

"On se bat pour les avoir, on a dépassé la moitié. Il y a un risque qu'on ne les ait pas, il y a encore un espoir qu'on les ait, ce sera ric-rac quoi qu'il en soit", a-t-il déclaré.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le