Borloo va aider Macron dans la mise en place du plan en faveur des quartiers en difficulté

Borloo va aider Macron dans la mise en place du plan en faveur des quartiers en difficulté

L'ancien ministre de la Ville Jean-Louis Borloo, père de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), va aider Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien ministre de la Ville Jean-Louis Borloo, père de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), va aider Emmanuel Macron dans la mise en place du plan du gouvernement en faveur des quartiers en difficulté, a-t-il déclaré mardi à l'AFP.

"Ca fait plusieurs semaines qu'on travaille, qu'on avance. Le message du président est clair. Ce qui est très important, c'est qu'un plan, ça se rédige avec tous les acteurs, avec des indicateurs et une évaluation", a-t-il dit.

Ministre de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy, ancien président de l'UDI et officiellement retiré de la vie politique, M. Borloo "remet les gants" en faveur de la politique de la Ville, avait auparavant déclaré le chef de l'Etat en visite à Tourcoing.

Le chef de l'Etat "a donné des pistes, il faut bâtir. Il faut sortir des promesses pour être dans qui fait quoi", a souligné l'ancien maire de Valenciennes.

M. Borloo n'aura "pas de fonction particulière" auprès de l'exécutif "mais son expertise et son expérience sur les sujets de la politique de la Ville sont précieux" et "les deux ministres en charge de la Cohésion des territoires ne manqueront pas de le solliciter", a indiqué à l'AFP l'entourage du président de la République.

Dans la même thématique

Borloo va aider Macron dans la mise en place du plan en faveur des quartiers en difficulté
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le