Brexit : « On ne peut pas vivre, ni dans le Brexit permanent, ni dans le Brexit éternel » met en garde Jean-Yves Le Drian

Brexit : « On ne peut pas vivre, ni dans le Brexit permanent, ni dans le Brexit éternel » met en garde Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’exprime suite à la conclusion de l’accord de prolongement du Brexit, conclu cette nuit suite à un Conseil européen agité.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

À l’occasion des questions au Gouvernement, le président de la commission des affaires européennes, Jean Bizet, interpelle Jean-Yves Le Drian, sur l’accord de prolongement du Brexit. Il se dit « inquiet de l’évolution du dossier ». Pour lui, « le Royaume-Uni ne sait pas quand et comment sortir de l’Union ». Il qualifie le Brexit de « décision funeste », prise par « un peuple trompé », qui a « pris l’Europe toute entière en otage ».

Jean-Yves Le Drian insiste sur la nécessité de « ne pas vivre dans le Brexit permanent, le Brexit éternel ». Pour lui, le dernier accord respecte quatre principes : les intérêts de l’Union, le vote britannique, la clarté du processus et l’unité des 27. Il donne également des garanties : la coopération loyale, l’avancement des dossiers postérieurs au Brexit, l’échéance avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission et l’engagement à organiser des élections européennes. En l’absence d’élections, le 23 mai, le Brexit sans accord sera acté. Le 1er juin, un « Conseil européen de vérification » viendra s’assurer que le Royaume-Uni a tenu ses engagements.

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le