Bridgestone : « Cette entreprise n’a pas demandé d’aides », se scandalise Amélie de Montchalin

Bridgestone : « Cette entreprise n’a pas demandé d’aides », se scandalise Amélie de Montchalin

Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, était interrogée dans Audition publique, sur les contreparties qui pourraient peser sur les entreprises bénéficiant de fonds de l’Etat. Elle s'est notamment exprimée sur la situation de Bridgestone, dont la direction maintient son projet de cessation d'activité à Béthune.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Une cessation totale d’activité de son site de Béthune (Pas-de-Calais) : c’est « la seule option » qu’envisage la direction du fabricant de pneumatiques Bridgestone, alors qu’était organisée ce 21 septembre une réunion avec les ministres Agnès Pannier-Runacher (Industrie) et Élisabeth Borne (Travail), les élus locaux et les syndicats, pour tenter de dessiner un autre scénario. Invitée de l’émission Audition publique sur les chaînes parlementaires, en partenariat avec Le Figaro Live, Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, s’est indignée des propos de l’équipementier. « C’est inacceptable. Ce sont des gens qui n’ont pas envie de se battre », a-t-elle réagi. « Ce qui est scandaleux, c’est que c’est une entreprise qui n’a pas cherché de repreneur, n’a pas cherché de plan B, n’a pas demandé d’aide, et qui, du jour au lendemain, dit : c’est fini ! » En 2018, l'entreprise avait bénéficié de 1,8 million d'euros au tire du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi).

La ministre a indiqué qu’une partie du plan de relance pourrait être affectée à une sauvegarde de ce site, grâce à l’enveloppe de 35 milliards dédiée à l’industrie française. « On a plein d’outils pour faciliter l’investissement, la modernisation de l’appareil productif et la sauvegarde des emplois », a-t-elle insisté, espérant un effet sur l’emploi. « Evidemment, si on soutient un site, une entreprise, le but c’est que les emplois soient durables. On ne soutient pas des choses pour que ce soit un feu de paille. »

« On demande à tous les employeurs de notre pays d’avoir envie de se battre avec nous »

Interrogée sur les contreparties à mettre en œuvre au niveau de l’entreprise, en échange d’un soutien financier, Amélie de Montchalin a tempéré les choses. « Aujourd’hui, de dire à des entreprises en difficulté, à qui on donne les moyens de se relever : avant même que vous ayez commencé à agir, voilà tout ce que l’on vous demande de faire, voilà le menu. Je ne suis pas sûre que ça restaura la confiance. »

De la volonté chez les industriels : voici ce qu’elle réclame en premier lieu. « Dans ce plan de relance, il y a peut-être une contrepartie, on demande à tous les employeurs de notre pays d’avoir envie de se battre avec nous. » Visant un horizon plus long, Amélie de Montchalin a également indiqué que le développement de l’intéressement et de la participation des salariés aux bénéfices serait un autre volet d’engagements à développer. « Il faut que toutes les entreprises qui sont soutenues, chez qui on investit, soient des entreprises qui, dès qu’elles vont mieux, partagent la valeur de manière approfondie avec les salariés. »

Dans la même thématique

Bridgestone : « Cette entreprise n’a pas demandé d’aides », se scandalise Amélie de Montchalin
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Bridgestone : « Cette entreprise n’a pas demandé d’aides », se scandalise Amélie de Montchalin
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le