Brigitte Bourguignon lance un « appel solennel aux soignants à se faire vacciner »

Brigitte Bourguignon lance un « appel solennel aux soignants à se faire vacciner »

Lors des questions d’actualité au gouvernement, la ministre en charge de l’Autonomie Brigitte Bourguignon a réitéré la possibilité d’une obligation vaccinale pour les soignants.
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La situation épidémique de la France inquiète depuis maintenant plus d’une semaine. La forte circulation de variants très contagieux et la hausse des contaminations font craindre une quatrième vague dès cet été, comme l’a rappelé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue du Conseil des ministres. C’est dans ce contexte que la question de l’obligation vaccinale des soignants se fait de plus en plus pressante, avec la consultation des présidents des groupes parlementaires et des élus locaux par Jean Castex. Cela également fait l’objet de deux questions au gouvernement aujourd’hui au Sénat, dont une de la part de la sénatrice LR de la Gironde, Florence Lassarade.

 

Une couverture vaccinale des soignants « plus faible que celle de la population générale »

 

Le constat que dresse la sénatrice Florence Lassarade est sans appel : « Alors que 92 % des médecins généralistes sont vaccinés contre la covid, seuls 57 % des professionnels des Ehpad et 64 % des professionnels des établissements de santé ont reçu au moins une dose de vaccin contre la covid ». Alors que la situation sanitaire se dégrade et qu’une reprise de l’épidémie est à craindre, ces chiffres lui semblent incompréhensibles et inquiétants.

Le constat est partagé par la ministre chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon : « la couverture vaccinale de soignants est plus faible que celle de la population générale » explique-t-elle. Même si elle reconnaît un rebond dans les dernières semaines de la vaccination des soignants, cela demeure « nettement insuffisant ». Elle lance donc un « appel solennel aux soignants à se faire vacciner ».

 

 

Vers une obligation vaccinale pour les soignants

 

A la sénatrice Florence Lassarade qui lui demande si le gouvernement compte rendre obligatoire la vaccination pour les soignants, choix qui a été fait en Italie et au Royaume-Uni, la ministre répond que « la situation pourrait contraindre à une obligation vaccinale par voie légale des soignants ».
Elle précise néanmoins que cela ne se fera pas sans une large concertation et annonce qu’elle recevra, aux côtés du ministre de la Santé Olivier Véran les ordres professionnels, les fédérations hospitalières et des Ehpad. Le Premier ministre recevra également les associations d’élus. La concertation des parlementaires par le Premier ministre a d’ailleurs débuté le jeudi 1er juillet.

« La vaccination obligatoire n’est pas nouvelle », conclut Brigitte Bourguignon, « elle concerne déjà les soignants pour 4 vaccins. »

Dans la même thématique

Brigitte Bourguignon lance un « appel solennel aux soignants à se faire vacciner »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le