Brigitte Macron, l’ex-prof de français qui pourrait entrer à l’Elysée

Brigitte Macron, l’ex-prof de français qui pourrait entrer à l’Elysée

Elle a fait la couverture de dizaines de magazines, elle est au premier rang des meetings de son époux, un statut officiel lui est promis en cas...
Public Sénat

Par Marie DHUMIERES

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Elle a fait la couverture de dizaines de magazines, elle est au premier rang des meetings de son époux, un statut officiel lui est promis en cas d'élection d'Emmanuel Macron... L'ex-professeur de théâtre du plus jeune prétendant à l'Elysée intrigue le public.

L'histoire atypique de son couple - Brigitte Macron a 24 ans de plus que son mari- suscite les interrogations. Quand elle rencontre Emmanuel Macron au début des années 90, Brigitte, à l'époque Auzière, est mariée, ses enfants adolescents.

La rencontre s'est faite lors d'un atelier de théâtre qu'elle anime alors au lycée jésuite de La Providence, à Amiens : la professeur de 39 ans est "totalement subjuguée" par l'intelligence du lycéen de 15 ans.

Plusieurs années plus tard, quand les rumeurs sur leur relation commencent à circuler dans la capitale picarde, l'affaire passe mal. Mais elle tient bon. "Quand je décide quelque chose, je le fais", raconte-t-elle dans "La stratégie du météore", un documentaire consacré à son mari.

En 2006, elle divorce du banquier André Louis Auzière et épouse l'année suivante Emmanuel Macron au Touquet. Elle le rejoint à Paris, où elle enseigne au lycée jésuite Saint-Louis de Gonzague.

Carré blond à la Mireille Darc, bronzée, "Bibi" sait que cette différence d'âge fait jaser et inspire nombre de caricatures plus ou moins ordurières.

Celle qui a aujourd'hui 64 ans préfère s'en moquer : "il faut qu'Emmanuel soit élu cette année sinon vous imaginez ma tête dans cinq ans !"

Emmanuel et Brigitte, c'est un couple "fusionnel", disent beaucoup. "Complice plutôt", dit l'animateur Stéphane Bern, qui l'a "entendue dix fois dire +je ne suis pas d'accord avec Emmanuel+".

Dates clés de l'épouse d'Emmanuel Macron, susceptible de devenir la première dame de France
Dates clés de l'épouse d'Emmanuel Macron, susceptible de devenir la première dame de France
AFP

Mais d'autres s'étonnent : "quand on aime quelqu'un, on n'a pas besoin de surjouer", dit un ami, pour qui "ce couple est une énigme".

Brigitte, "toujours présente et encore davantage, sans laquelle je ne serais pas moi" : au soir du premier tour de la présidentielle Emmanuel Macron la remercie et l'embrasse, après être monté sur scène avec elle, main dans la main.

- 'Pas une bringueuse' -

Comme lui, Mme Macron est née à Amiens, dans une famille de notables, propriétaire d'une célèbre pâtisserie : "Trogneux, c'est les macarons, c'est une famille importante".

Souriante, chaleureuse, positive, simple - on ne l'a "jamais entendue dire du mal de quelqu'un", "je ne connais pas une personne qui ne soit pas tombée sous son charme", assurent des proches.

Grégoire Campion l'a rencontrée sur la plage au Touquet il y a "plus de 40 ans" - ils étaient voisins de cabine de plage. Brigitte jeune, "c'était pas une bringueuse", elle était "très instruite", dit-il.

Elle a hérité de sa mère une maison au Touquet, où elle passe de nombreux week-ends en famille. De son premier mariage, elle a trois enfants devenus ingénieur, cardiologue et avocate, très impliqués dans la campagne d'Emmanuel Macron, et sept petits-enfants.

Comme Stéphane Bern, de nombreux "people" dînent aujourd'hui à la table des Macron : Pierre Arditi, Marc-Olivier Fogiel, Line Renaud, Philippe Besson. On prête à cette amatrice de littérature et de théâtre d'avoir introduit son mari au monde de la culture à Paris.

Mais celle qui a appelé Carla Bruni-Sarkozy pour lui demander des conseils sur la gestion de son image "n'aime pas les projecteurs", assure François Patriat, sénateur ex-PS et macroniste de la première heure.

Difficile à croire quand on a vu Brigitte Macron en maillot de bain, en couverture de Paris Match, sur une des nombreuses photos "volées" d'un couple qui n'hésite pas à se mettre en scène.

Son omniprésence fait grincer des dents mais l'équipe entourant le couple l'assure : "elle n'a aucun rôle, elle n'assiste pas aux comités politiques". Pourtant, "s'il ne la voit pas pendant une heure, il l'appelle", raconte M. Patriat.

Et lorsqu'Emmanuel Macron a fait des adieux émus au cabinet du ministère de l'Economie, l'été dernier, elle était là aussi pour remercier ces proches.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Brigitte Macron, l’ex-prof de français qui pourrait entrer à l’Elysée
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le