Bruno Retailleau : « Macron, c’est Woodstock et Wall Street »

Bruno Retailleau : « Macron, c’est Woodstock et Wall Street »

Le président du groupe Les Républicains au Sénat se réjouit de la remontée de François Fillon dans un sondage, qui passe devant le candidat du mouvement « En marche ! ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La campagne de François Fillon semble retrouver des couleurs. Selon un sondage Elabe, le candidat de la droite et du centre repasse devant Emmanuel Macron dans les intentions de vote, avec 20% des voix contre 17% pour son concurrent. Un rebond que constate également Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et proche de François Fillon. « Il y a eu un tel acharnement médiatique et  politique que cela a excédé les Français. Et puis on arrive à parler du fond. (…) On voit une inversion des courbes sur le terrain. Ce week-end nous avons fait salles combles ».

« Je considère que l’élection présidentielle est la plus importante depuis 40 ans. La France va avoir rendez vous avec son histoire » ajoute-t-il.

Le sénateur de Vendée en profite pour tacler Emmanuel Macron, en chute dans l’opinion, le qualifiant de « gauche bobo ». Il lui reproche notamment ses propos tenus à Alger sur la colonisation, « un crime contre l’humanité », et l’éloge des « cultures en France » lors d’un meeting à Lyon.

« C’est une sorte de golden boy, et avec la dépénalisation du cannabis, c’est à la fois Woodstock et Wall Street ».

La principale cible du camp Fillon est maintenant Marine le Pen, qui poursuit sa progression dans les sondages.  « C’est François Fillon le meilleur barrage contre le FN » insiste-t-il. « Marine Le Pen, c’est une imposture. Elle prétend faire campagne au nom du peuple, mais elle fait campagne sur le dos du peuple. (…) La sortie de l’euro sera une ruine pour l’économie française. C’est la vieille politique qui conduit à la ruine des Français ».

Alors qu’Alain Juppé a demandé à François Fillon, via son blog, de « prendre davantage en compte » sa ligne de « droite humaniste », Bruno Retailleau assure le soutien indéfectible du maire de Bordeaux au candidat de la droite. Les deux hommes doivent d’ailleurs se rencontrer cet après midi. « Alain Juppé est irréprochable. (…) Il n’y a pas l’ombre d’un doute entre les deux hommes ».

« On enrichit le programme, mais on garde sa structure et on ne l’affadit pas, sinon on trahit des millions de Français qui ont voté à la primaire » tient-il cependant à ajouter.

Sur François Bayrou, qui pourrait annoncer cet après-midi sa candidature à l’élection présidentielle, le sénateur de Vendée ne se montre pas inquiet, mais critique. « Laissez-le vivre. Il a fait perdre pour partie Nicolas Sarkozy en 2012, et on se souvient en 2007 de cette escapade avec madame Royal, les Français savent qui est François Bayrou. Il s’est ingénié pendant 10-15 ans à faire perdre le camp de la droite et du centre, et des amis centristes le disent mieux que moi ».

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le

Bruno Retailleau : « Macron, c’est Woodstock et Wall Street »
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le