Budget de la sécu : Buzyn dresse le bilan

Budget de la sécu : Buzyn dresse le bilan

Au micro de Tâm Tran Huy, la ministre de la Santé est revenue sur l’examen du budget de la sécurité sociale 2018 pour au Sénat. Cigarette, hausse de la CSG pour les retraités, déserts médicaux… Agnès Buzyn revient sur les débats.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Agnès Buzyn constate que le Sénat est « essentiellement » revenu «  sur le versant recette » du financement de la sécurité sociale pour 2018. Devant les sénateurs, le ministre des Solidarités et de la Santé a souligné que le texte sortait de la Haute assemblée avec « un petit déficit de 7 millions à combler. »

Baisse de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE)

« Ce n’est pas la PAJE dans son ensemble mais simplement l’allocation de base qui a été rejetée par les sénateurs » analyse Agnès Buzyn. Jeudi dernier, les sénateurs ont voté contre la diminution de la prime à la naissance et de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE).

« Pour 2018, nous rajoutons 70 millions d’euros à la politique familiale, pour les familles les plus fragiles notamment les familles monoparentales. Pour augmenter ce budget ils nous fallaient faire quelques économies et la PAJE – sur l’allocation de base – était un moyen de faire des économies » se justifie la ministre de la Santé.  

Agnès Buzyn « souhaite qu’on ait une réflexion nationale sur la politique familiale, parce que les enjeux aujourd’hui ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux au moment de la création de la sécurité sociale dans les années 50. »

Pour aller plus loin : Famille : le Sénat rejette la baisse de la prestation d'accueil du jeune enfant

Universalité des droits : « Je n’ai pas de stratégie »

« Je n’ai pas d’avis, je n’ai pas de stratégie, je souhaite qu’on questionne cette politique familiale afin qu’elle réponde aux réalités des familles d’aujourd’hui » affirme la ministre.  

Agnès Buzyn a seulement précisé les qu’elle souhaitait améliorer la « compatibilité entre vie professionnelle et vie familiale », « relancer une politique nataliste » et lutter « contre la pauvreté. »

Agnès Buzyn  défend la hausse de la CSG pour les retraités 

La ministre des Solidarités et de la Santé assure que «  si on regarde à la fois le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la sécurité sociale » seuls « les 20 % de retraités les plus aisés » seront impactés par la hausse de la CSG.  

Selon elle, seuls les « retraités qui gagnent aujourd’hui plus de 2.500 euros par mois et par personne » sont concernés. Agnès Buzyn précise que « la suppression de la taxe d’habitation » devrait compenser cette augmentation de taxe.  

À lire également : Le Sénat vote la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités

Déserts médicaux : pas de coercition

« Les sénateurs ont adhéré à mon plan qu’ils considèrent pragmatique, novateur » estime Agnès Buzyn. La question des déserts médicaux, chère aux représentants des territoires que sont les sénateurs, a suscité des tensions lors des débats au Sénat. « On a repris énormément de propositions et dans leurs propositions il n’y avait pas la coercition » assure la ministre de la Santé.

Agnès Buzyn n’a pas souhaité revenir sur la liberté d’installation des médecins via des mesures coercitives. « Quand vous avez une profession où la démographie est faible, la coercition ne fonctionne pas » et de préciser qu’il n’y a pas « de zones surdotées » explique-t-elle.

Lire aussi : La ministre de la Santé prise à partie au Sénat sur les déserts médicaux

Concernant le mal-être de l’hôpital public, Agnès Buzyn souhaite une réforme de fond.  « Il faut qu’on change le mode de tarification à l’hôpital » mais « certainement pas « pour revenir à une dotation globale » précise-t-elle. La ministre souhaite « trouver une troisième voie où on valoriserait la qualité de l’hôpital public. »

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le