Budget : le Sénat vote 5 millions supplémentaires pour les maisons de l’emploi

Budget : le Sénat vote 5 millions supplémentaires pour les maisons de l’emploi

Lors de l’examen de la mission travail emploi du budget 2020, les sénateurs ont adopté plusieurs amendements visant à allouer 5 millions supplémentaires pour les maisons de l’emploi, contre l’avis du gouvernement.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Les maisons de l’emploi ont été massacrées (…) On a eu des baisses successives. En 2014, moins 36%, en 2015 moins 28%, en 2016 moins 25%. Il est évident que ces baisses successives ont eu un effet immédiat sur le réseau des maisons de l’emploi. Parce qu’on est passé de 205 maisons de l’emploi à aujourd’hui 85 ». C’est le constat fait par le sénateur LR, François Bonhomme fait ce vendredi lors de l’examen de la mission travail emploi du projet de loi de finances 2020.

le Sénat vote 5 millions supplémentaires pour les maisons de l’emploi (François Bonhomme)
01:58

Mise en place en 2005, les maisons de l’emploi ont la charge de mettre en œuvre les politiques de l’emploi au niveau local, en coordonnant les actions des différents acteurs de leur territoire. « Il faut souligner l’utilité réelle des maisons de l’emploi auxquelles nous avions consacré un rapport de contrôle l’année dernière avec mon collègue Emmanuel Capus. Ce rapport a mis en évidence leur rôle d’assemblier des différents acteurs de la politique de l’emploi dans les territoires » a mis en évidence la sénatrice Sophie Taillé-Polian rapporteure spéciale pour le groupe PS.

Comme l’on fait les députés, les sénateurs ont alloué 5 millions d’euros supplémentaires aux maisons de l’emploi, portant la ligne de crédit à 10 millions.

Le Sénat a également adopté un amendement visant à maintenir la possibilité d’étendre sur plusieurs années le bénéfice de l’exonération de cotisations sociales au titre de l’aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ACRE).

 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le