Budget : les sénateurs au secours des emplois aidés

Budget : les sénateurs au secours des emplois aidés

Les sénateurs examinent la mission Travail et emploi du budget 2018. En ligne de mire : la baisse des crédits pour les emplois aidés. Une majorité des sénateurs a voté contre les crédits alloués à la mission Travail et emploi.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Les sénateurs examinent le projet de loi de finances pour 2018 au Sénat, ce lundi. À l’ordre du jour : la mission Travail et emploi. La baisse des emplois aidés représente un des points de frictions qui opposent une majorité de la Haute assemblée au texte avancé par le gouvernement. Seuls 200 000 contrats aidés - contre 320 000  en 2017 – seront financés en 2018 dans le secteur des services et associations. Le gouvernement compte à terme les supprimer. Une décision qui exaspère ces représentants des collectivités territoriales.

Droite et gauche opposés à la baisse des emplois aidés

Sophie Taillé-Polian (PS) dénonce « la détresse » des bénéficiaires des contrats aidés
00:27

Le sénateur (LR) Antoine Lefèvre fustige la « suppression brutale et sans concertation » des emplois aidés. En écho, le sénateur communiste, Dominique Watrin, regrette une absence « d’alternative pour ces centaines de milliers de bénéficiaires exclus sans ménagement de ce dispositif d’insertion. » La rapporteure spéciale de la commission des finances, Sophie Taillé-Polian (PS), ajoute que la réduction des contrats aidés « s’est traduite par d’importantes difficultés pour les collectivités territoriales » et dénonce, elle aussi, « la détresse » des bénéficiaires de contrats aidés.

Seuls les sénateurs Les Indépendants et La République en marche ont soutenu cette démarche. Pour Patricia  Schillinger (LaREM), « la diminution programmée des emplois aidés pour donner la priorité à la formation professionnelle » est une bonne stratégie. Pour autant, elle estime qu’une « décrue plus progressive et laissant du temps à la pédagogie n’aurait rien gâché. » Le sénateur Les Indépendants, Claude Malhuret, regrette, lui, « que le précédent gouvernement ait tout fait pour droguer les collectivités aux contrats aidés. »

Emplois aidés : « Nous avons hérité de cette brutalité » affirme Muriel Pénicaud
02:13

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, justifie cette mesure qui s’inscrit, d’après elle, dans une vision plus large. Selon la ministre, le budget 2018 « rompt clairement avec la logique de traitement statistique du chômage pour basculer dans une politique d’insertion durable. » Muriel Pénicaud met en cause le précédent gouvernement dans la gestion des contrats aidés. « Nous avons hérité de cette brutalité » justifie-t-elle. La ministre du Travail rappelle que 200.000 emplois aidés seront maintenus dans les secteurs les plus fragiles.

Suppression de l’aide aux apprentis

Le sénateur communiste, Dominique Watrin, reproche à la ministre de « ne pas reconduire l’aide financière en faveur des jeunes apprentis » et pointe la contradiction du gouvernement qui « souhaite développer l’apprentissage. » Le second volet des réformes sociales menées par le gouvernement est actuellement en concertation. Axé notamment sur l’apprentissage, ce texte prévoit de redynamiser cette voie professionnelle. Sur un ton plus léger, la sénatrice (LaREM), Patricia  Schillinger, estime qu’il « faut rendre sexy cette voie d’accès à la vie active qui est aussi une voie d’excellence. »

Réduction des dotations pour les maisons de l’emploi

Autre ligne de fracture : la baisse des subventions allouées à ces structures d’aide à la recherche d’emploi. Antoine Lefèvre (LR) critique la suppression de « 10,5 millions d’euros en 2018, soit la moitié de leur dotation, puis la totalité en 2019. » Selon lui, la disparition de ces « acteurs centraux » qui ont « une bonne connaissance du terrain » est « une catastrophe. » À l’issue de la séance, un amendement a été adopté en vue du redéploiement de crédits à destination de ces structures, à hauteur de 21 millions d’euros.

Baisse des subventions pour l’insertion des personnes handicapées

Yves Daudigny regrette la baisse des « subventions aux entreprises adaptées »
01:31

Le sénateur socialiste, Yves Daudigny, regrette la réduction des « subventions » aux entreprises adaptées qui emploient des personnes en situation de handicap. Selon lui, cette mesure va « fragiliser un certain nombre de structures. » Il estime que cette baisse de crédit est « contraire aux engagements de l’État et même aux propos tenus par le président de la république. » Sa collègue socialiste, Sabine Van Heghe, s’inquiète par ailleurs d’une baisse de « fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique. » La ministre du Travail souligne quant à elle la présence de « dispositifs spécifiques aux personnes en situation de handicap » qui « s’établissent à 377 millions d’euros, en hausse de 4 millions d’euros par rapport à la loi de finances 2017. »

Un amendement visant à augmenter de 8 millions d’euros « l’aide au poste » pour les entreprises adaptées a été adopté en séance.  

« Avec la mission Travail et emploi, notre triptyque : protéger, libérer, investir, est complet » juge Muriel Pénicaud
01:46

 

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le